One Planet Summit: Le Maroc a une place “particulière” parmi les pays ayant ratifié l’Accord de Paris

Le Maroc, sous le leadership de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, a une place “particulière” parmi les pays du monde ayant ratifié l’Accord de Paris dont l’objectif principal est le maintien de la température en dessous de 2 degrés Celsius, en ce sens que si les autres parties à cet accord avaient le même niveau d’engagement que le Royaume, “le réchauffement climatique serait ramené à 1,5 Celsius, alors que la trajectoire mondiale actuelle est de plus 2,5 Celsius”, a déclaré à MAP-Washington, Joël Ruet, Président du think tank internationale The Bridge. 

“Il faut donc rappeler que le Maroc est très bien positionné en termes des engagements concrets, physiques et énergétiques”, a renchéri M. Ruet, qui commentait la participation du Souverain aux travaux du Sommet international sur le climat “One Planet Summit”, tenu mardi à Paris.

Il a noté, en outre, que sur le plan de la mobilisation financière, qui se trouve au coeur du Sommet de Paris, “le Royaume figure là aussi parmi les pays avancés, dans la mesure où l’Agence marocaine de l’énergie solaire a, à plusieurs reprises, émis des obligations vertes qui sont des outils de mobilisation et de financement qui commencent à émerger et à être dynamiques dans trois pays: La France, la Chine et le Maroc”. 

Revenant sur l’”activisme” du Maroc et sa contribution multiforme en faveur de la question climatique en Afrique, Joël Ruet a salué le Royaume qui a pris les devants dans le cadre des efforts déployés pour la mise en oeuvre de l’initiative pour l’Adaptation de l’Agriculture Africaine (AAA), communément appelé Triple A, en insistant sur la nécessité pour les pays développés d’aider les pays du sud particulièrement les pays africains à mobiliser les vrais financements sur l’adaptation, qui sont, a-t-il souligné, “une dette morale des économies développées depuis le soutien du groupe des 77 et du Groupe Afrique à l’Accord de Paris, nécessité que le Maroc a d’ailleurs tenu à rappeler à la COP22 et à la COP23”.