ONU: Le Conseil de sécurité renouvelle pour 6 mois son embargo sur les armes en Centrafrique

armes

Le Conseil de sécurité des Nations-Unies a renouvelé, vendredi, pour six mois son embargo sur les armes en République centrafricaine (RCA), tout en exprimant sa préoccupation de la poursuite du financement et de l’approvisionnement des groupes armés dans ce pays par le biais de réseaux transnationaux de trafiquants.

Dans la résolution 2507 adoptée à la majorité des membres du Conseil, l’instance exécutive des Nations-Unies décide que “jusqu’au 31 juillet 2020, tous les Etats membres devront continuer de prendre les mesures nécessaires pour empêcher la fourniture, la vente ou le transfert directs ou indirects à la République centrafricaine d’armements et de matériel connexe de tous types“.

Le Conseil décide également une série d’exemptions, en ce sens que ces mesures ne s’appliqueront pas aux livraisons de matériel non létal et à la fourniture d’une assistance, y compris les activités de formation opérationnelle et non opérationnelle dispensée aux forces de sécurité de la République centrafricaine.

Dans sa résolution, le Conseil de sécurité s’est déclaré particulièrement préoccupé par la poursuite du financement et de l’approvisionnement des groupes armés en RCA par le biais de réseaux transnationaux de trafiquants. Il a ainsi demandé au Groupe d’experts sur l’embargo sur les armes de prêter une attention particulière à l’analyse de ces réseaux.

Plume de la résolution, la France a souligné, dans une déclaration à l’issue du vote, l’importance de “conserver une approche responsable et de veiller à accompagner les autorités centrafricaines dans leurs progrès en matière de réforme du secteur de la sécurité, de désarmement, de démobilisation et de réintégration des anciens membres des groupes armés, et de gestion des armes et des munitions“.


Il s’agit en effet d’un élément clef pour une paix et une sécurité durables en RCA et la France continuera d’apporter tout notre soutien aux autorités centrafricaines pour y parvenir“, a assuré la représentante-adjointe de la France à l’ONU.