Oujda : Une action philanthropique en faveur des plus vulnérables au froid

Oujda

Accrochés à des lampadaires et des arbres ou soigneusement pliés et déposés sur les bancs d’un espace public à Oujda, des vêtements d’hiver sont régulièrement mis à la disposition de personnes nécessiteuses en ces temps de grand froid.

Écharpes, bonnets, manteaux, polaires, toutes sortes de fringues chaudes sont posées au niveau de la place de Jeddah (centre-ville), de façon à ce qu’elles soient librement accessibles à ceux qui en ont besoin, le but étant de créer un élan de solidarité, de partage et d’entraide porté par une campagne baptisée “Fik L’Berd Hak Khoud” (Tu as froid, tiens, couvre toi).

L’idée, initiée par l’association “Passagers Art et Développement”, s’est répandue comme une traînée de poudre sur les réseaux sociaux et les photos de vêtements accrochés font le tour du web, alors que sur le terrain une grande campagne de collecte de vêtements a permis aux personnes nécessiteuses, dont également des migrants subsahariens, d’y bénéficier.

“Cette initiative citoyenne s’assigne pour objectifs de venir en aide aux démunis en cette période de l’année où le mercure affiche des températures très basses, mais aussi de sensibiliser les citoyens et plus particulièrement les jeunes sur l’importance de l’action associative et de les impliquer dans des activités à vocation sociale”, explique à la MAP, Idriss El Fatih Hadef, président de l’association Passagers, ajoutant que la solidarité n’est point l’apanage des associations de la société civile mais elle est bien ouverte à tous.

Selon M. Hadef, de telles initiatives permettent également aux jeunes de se réapproprier les espaces publics et d’avoir une forte présence sur le terrain à la faveur d’actions concrètes ayant pour finalité la divulgation des valeurs de solidarité et de citoyenneté et la promotion de la culture du bénévolat. Il a salué, par la même occasion, l’adhésion à cette campagne de plusieurs associations notamment à Marrakech, Fès, Essaouira, Casablanca ou encore Mohammedia.


Il a, par ailleurs, annoncé l’organisation prochaine du programme Yallah Chabab, visant à inciter les jeunes lycéens à intégrer le monde associatif, à développer leurs capacités de communication et d’expression et à promouvoir les actions inhérentes à la protection de l’environnement.

→ Lire aussi : Chichaoua: Panoplie de mesures pour atténuer les effets du froid

Ledit programme, paraphé en partenariat avec l’Académie régionale de l’éducation et de la formation (AREF) de l’Oriental, l’association des coaches territoriaux et d’autres associations, vise à organiser des conférences, des ateliers de formation en sus d’activités pédagogiques et artistiques au niveau des lycées relevant de la Direction provinciale d’Oujda-Angad, a-t-il fait savoir.

“Notre association s’engage comme un partenaire civil misant sur la jeunesse comme déclencheur du changement et locomotive de développement”, a-t-il dit.


Pour sa part, l’étudiante universitaire Maroua Friouchen, membre de l’association, a relevé que cette initiative a pour but de “préserver la dignité des bénéficiaires en leur offrant la possibilité d’avoir les habits dont ils ont besoin sans pour autant entrer en contact avec les donneurs”.

“J’ai vu des initiatives semblables en Europe et je me suis dit pourquoi ne pas reproduire cette action au Maroc”, ajoute-t-elle, appelant les jeunes à ne pas rester les bras croisés et créer à leur tour des initiatives similaires dans leurs quartiers.

Un engagement, une ambition et surtout un sens élevé de responsabilité et de civisme affiché par ces jeunes “Passagers” ayant mis les petits plats dans les grands pour venir en aide à des sans-abris, et partager avec eux des moments de communion et de grande estime.

Fondée en 2011 à Oujda, les Passagers est une association à vocation artistique, culturelle et scientifique dont l’objectif principal est d’accompagner les jeunes relevant de la région de l’Oriental en leur offrant des espaces pour développer leurs capacités et connaissances.