Ouverture en Arabie saoudite du 41ème sommet du CCG

Arabie saoudite

Les travaux du 41-ème sommet des dirigeants du conseil de coopération du Golfe (CCG) ont débuté mardi dans la ville d’Al Ula, en Arabie saoudite.

Ce sommet examinera les principaux défis auxquels fait face la région, dont l’unification des rangs des pays du CCG et des efforts pour lutter contre le nouveau coronavirus, ainsi que la reprise économique.

Les partenariats stratégiques régionaux et internationaux et le dossier nucléaire iranien figurent aussi à l’ordre du jour de cet événement.

Le sommet, auquel prend part l’Émir du Qatar Cheikh Tamim ben Hamad Al Thani et Cheikh Mohamed Ben Rached Al Maktoum, vice-président des Émirats arabes unis, président du Conseil des ministres et gouverneur de Dubaï, devrait connaître la signature, grâce à une médiation du Koweït et du Sultanat d’Oman avec le soutien des États Unis, d’un accord mettant fin à la crise régionale qui a duré plus de trois ans.

Créé en 1981, le CCG est composé de l’Arabie saoudite, des Émirats arabes unis, du Koweït, du Qatar, du Bahreïn et du Sultanat d’Oman.


A la veille du sommet, le prince héritier d’Arabie Saoudite le Prince Mohammed Ben Salmane a affirmé que la politique du Royaume sous la conduite du Roi Salmane ben Abdelaziz est basée sur une approche constante visant la réalisation des intérêts suprêmes du CCG et des autres pays arabes.

Le Royaume d’Arabie saoudite déploie tous ses efforts au profit des peuples du Golfe et des pays arabes, pour réaliser leur sécurité et stabilité, a indiqué le Prince Mohammed Ben Salmane, soulignant que le sommet du CCG sera une rencontre d’unité qui va renforcer la voie de la prospérité.

Les pays du CCG ont franchi des étapes importantes en matière de coopération commerciale, en adoptant le principe de l’égalité complète entre les citoyens des pays du CCG dans de nombreux domaines, y compris l’exercice des activités commerciales, la propriété des actions et la création de sociétés par actions, et en encourageant les investissements bilatéraux, supprimant les obstacles qui entravent le libre échange entre les États du CCG et unifiant les lois commerciales.

En ce qui concerne les partenaires commerciaux des pays du CCG, la Chine est le plus grand importateur avec 17,4% des exportations de ces pays, suivie par le Japon (12,9%) et l’Inde (12%).


( Avec MAP )