Ouverture des travaux de la 85ème Assemblée générale d’Interpol

Les travaux de la 85ème Assemblée générale de l’Organisation internationale de police criminelle (Interpol), se sont ouverts, lundi à Nusa Dua (île de Bali), avec la participation de plus de 850 délégués de 164 pays dont le Maroc, représenté par le chef du département de la coopération internationale à la direction générale de la sûreté nationale, Mustapha El Hajjam.

L’ordre du jour de la 85ème Assemblée générale de l’interpol s’intéresse à plusieurs sujets, notamment les questions du terrorisme, la consolidation de la coopération entre les pays en matière de lutte contre la cybercriminalité, le crime organisé et transfrontalier, tels le terrorisme, la traite d’êtres humains, la falsification des cartes de crédit et le détournement de fonds.

Le vice-président indonésien, Yusuf Kalla, a insisté lors de l’ouverture de cette Assemblée sur l’importance d’accompagner le développement technologique, surtout au niveau d’internet, appelant ainsi à se focaliser sur le contrôle des activités criminelles sur Internet pour éviter la propagation de l’extrémisme via les médias électroniques.

Aujourd’hui, Internet est devenu une tribune de propagande pour les groupes terroristes et un forum pour diffuser l’extrémisme, a souligné M. Kalla, incitant à la consolidation de la coopération internationale pour lutter contre le rôle négatif d’Internet et la pénalisation des partisans de l’idéologie radicale qui encourage la violence et la haine.


De son côté, la présidente de l’Assemblée générale d’Interpol, Mireille Ballestrazzi, a mis en relief le rôle important joué par Interpol pour faire face aux défis auxquels est confrontée la police internationale dans l’accomplissement de sa mission, appelant à soutenir les efforts déployés par l’organisation pour mettre en place des stratégies de lutte contre le terrorisme, le crime organisé et la cybercriminalité.

Mme. Ballestrazzi a souligné le besoin de renforcer les mécanismes d’exécution des stratégies d’Interpol, qui ne peuvent être réalisées qu’à travers une coopération totale entre tous les pays membres.

Selon une note technique distribuée en marge des travaux de cette Assemblée, cette édition devra se pencher également sur l’évaluation et le traitement des menaces résultant du retour des combattants terroristes des régions en crise, des thématiques organiques, outre la demande de la Palestine d’adhérer à Interpol.