Panama: Don humanitaire du Maroc après le passage de l’ouragan Eta

Panama

L’ambassadeur du Maroc à Panama City, Oumama Aouad, a remis un don humanitaire, au nom du Royaume, à la Première dame du Panama, Yasmin Colon Cortizo, suite à la dévastation causée par le passage de l’ouragan Eta qui s’est abattu sur plusieurs pays d’Amérique centrale et des Caraïbes.

La remise de ce don qui consiste en des produits d’hygiène et de première nécessité destinés à la population sinistrée, a eu lieu au cours d’une cérémonie de collecte de dons, en présence des ministres panaméens du Développement social et du Travail, et de la vice-ministre des Affaires étrangères, indique un communiqué de la représentation marocaine au Panama. La Première dame du Panama n’a pas manqué de remercier le Maroc pour sa généreuse contribution à l’égard du peuple panaméen endeuillé par les ravages de ce cyclone.

“Cette aide humanitaire a été hautement appréciée par les représentants du gouvernement et l’opinion publique panaméens qui ont salué le geste de solidarité du Royaume à l’égard des victimes de l’ouragan”, souligne le communiqué parvenu à la MAP. Fidèle à ses valeurs humanitaires et son esprit de solidarité, sous le leadership de SM le Roi Mohammed VI, le Maroc est l’un des premiers pays à réagir pour porter son assistance humanitaire aux sinistrés panaméens.

Le Panama a subi les effets dévastateurs de la tempête tropicale Eta qui s’est abattue sur la région faisant près de 200 morts ou disparus en Amérique centrale. Durant plusieurs jours, des pluies torrentielles se sont abattues sur le territoire panaméen entrainant des inondations, des avalanches, et des glissements de terre, et causant la mort de 17 personnes. Près de 70 autres sont encore portées disparues et quelque 3000 sans abris ont été évacués dans des refuges, dans ce pays d’environ 4,3 millions d’habitants.

Les zones les plus durement touchées par ce désastre, situées à l’ouest près de la frontière avec le Costa Rica, sont considérées comme le grenier et le verger du pays. Elles assurent plus de 80 pc de la production agricole, ce qui fait planer la menace d’une pénurie alimentaire.


( Avec MAP )