Parution : Sijilmassa et son destin saharien

Sijilmassa

‎« Sijilmassa et son destin saharien. La dernière cité aux portes du désert » ‎vient de paraître aux Editions la Croisée des Chemins. Initialement publié en ‎langue anglaise, cet ouvrage de Ronald Messier et James Miller, traduit par Rita ‎Stirn, a obtenu le prix L. Carl Brown AIMS Book Prize in North African Studies, en ‎‎2016 pour son approche intellectuelle innovante dans le cadre des Études d’Afrique ‎du Nord.

En effet, le livre retrace dans les détails, la grande histoire de la légendaire Sijilmassa. située aux portes du Sahara, la mythique Cité de l’or, était incontestablement la ‎plaque tournante du commerce de l’or entre l’ancien Ghana et le monde ‎méditerranéen. Ses caravanes transportaient les richesses de l’Afrique pour un vaste ‎commerce transsaharien. ‎

Sijilmassa a connu une succession d’empires, devenant ainsi la dernière cité aux ‎portes du désert. Sa grandeur millénaire et sa résonance avec les temps forts de ‎l’histoire du Maroc ont été marquées par des vagues de guerres, de renouveau et ‎d’abandon. ‎

Aujourd’hui, ses ruines sont en sous-sol et en juxtaposition avec la ville moderne de ‎Rissani, à l’écart du temps.‎

Le projet de recherche maroco-américain et multi-disciplinaire à Sijilmassa s’appuya ‎sur des données archéologiques, des textes historiques, la reconnaissance sur le ‎terrain, la tradition orale et des légendes pour montrer comment cette ville de renom a su ‎garder une emprise sur sa destinée. Sijilmassa contribua à la création de l’identité ‎nationale marocaine et a occupé une place prépondérante dans l’histoire et les ‎changements de pouvoir en Afrique du Nord.‎


Des continuités et des discontinuités entre Sijilmassa et le paysage contemporain ‎affûtent le questionnement sur la nature de la vie humaine aux portes du désert : ‎comment des endroits comme Sijilmassa ont-ils pu atteindre une telle grandeur? ‎Comment expliquer leur chute et leur ensevelissement dans les sables du désert?‎