Pas de solution à la question du Sahara en dehors de la souveraineté du Maroc

Pas de solution à la question du Sahara en dehors de la souveraineté du Maroc

Dans sa déclaration, lundi à New York, devant le Comité des 24, organe subsidiaire de l'Assemblée Générale, l’Ambassadeur, Représentant Permanent du Maroc auprès de l’ONU, M. Omar Hilale, a souligné qu’une solution politique, sous l’égide exclusive des Nations-Unies, au différend du Sahara marocain, ne pourra et ne sera être conçue que dans le cadre de la souveraineté du Maroc, de son intégrité territoriale et de son unité nationale sur la base de l’Initiative marocaine d’autonomie.

M. Hilale a ainsi affirmé que la question du Sahara est une question de parachèvement de l’intégrité territoriale du Maroc et nullement de décolonisation. En témoigne son examen par le Conseil de Sécurité, en tant que différend régional, hérité de la guerre froide.

Après avoir énuméré les faits et réalités historiques irréfutables qui confirment l’appartenance du Sahara à la mère patrie, le Maroc, l’Ambassadeur Hilale a indiqué que suite à l’échec de tous les plans précédents et leur enterrement définitif par le Secrétaire général de l’ONU et le Conseil de Sécurité, et en réponse aux appels de ce dernier, le Maroc a soumis le 11 avril 2007, l’Initiative d'autonomie pour la région du Sahara marocain, qualifiée de sérieuse et crédible par le Conseil de Sécurité dans ses 15 dernières résolutions depuis 2007, dont la 2468, adoptée le 30 avril 2019.

→ Lire aussi : Hilale démystifie le rôle d’observateur de l’Algérie dans le dossier du Sahara marocain

« De par son contenu conforme aux standards internationaux les plus avancés en matière de dévolution de pouvoirs et sa conformité au droit international et au principe de l’autodétermination, cette Initiative est l’incarnation de la solution politique, réaliste, pragmatique, durable et de compromis, consacrée par le Conseil de Sécurité » a souligné M. Hilale, qui a réaffirmé que l’Initiative d’autonomie demeure la seule et unique voie pour le règlement définitif de ce différend.

Le diplomate marocain a noté que cette Initiative est la base du processus politique, mené sous l’égide exclusive des Nations Unies et qui est actuellement caractérisé par un nouvel élan et un momentum positifs grâce à la tenue de deux tables rondes à Genève en décembre et mars derniers, avec la participation du Maroc, de l’Algérie, de la Mauritanie et du «polisario». «Ces tables rondes, dont la troisième se tiendra plus tard, dans le même format et selon les mêmes modalités, comme agréé par les 4 participants, ont été érigées, par la résolution 2468, en un véritable processus dont la seule finalité est de parvenir à la solution politique réaliste, pragmatique, durable et de compromis », a-t-il fait savoir, appelant les autres participants à contribuer substantiellement tout au long de la durée du processus.

L’Ambassadeur Hilale a relevé que la résolution 2468 consacre le rôle de l’Algérie en tant que partie prenante principale à ce différend et lui demande instamment de contribuer à la recherche de la solution, au même titre et sur un pied d’égalité avec le Maroc, et ce jusqu'à l’aboutissement du processus politique. «Je voudrais ici, souligner que l’Algérie est citée dans 5 paragraphes de la résolution, soit autant de fois que le Maroc », a fait remarquer M. Hilale.

L’Ambassadeur du Royaume a indiqué que les deux tables rondes de Genève ont été marquées par la participation des élus des deux régions du Sahara marocain qui ont mis en relief les avancées et les réalisations tant politiques, que socioéconomiques au Sahara marocain. « Ce sont ces élus qui se sont exprimés devant nous cet après-midi, comme l’année dernière et comme lors des deux derniers séminaires du Comité des 24 à Grenade en tant que représentants légitimement et démocratiquement élus par les populations du Sahara marocain » a-t-il précisé. Et d’ajouter que les élections régionales et législatives, tenues respectivement en 2015 et 2016, ont consacré l’adhésion indéfectible des populations du Sahara au processus démocratique, au renforcement de l’Etat de droit et au respect des droits de l’Homme.

Soulignant que la régionalisation avancée est une réalité tangible, avec ses institutions et leurs attributions respectives, il a noté que depuis le parachèvement de son intégrité territoriale, le Maroc a entrepris des efforts colossaux pour assurer le développement socio-économique et l’émancipation politique de ses provinces du Sud.

Enfin, M. Hilale a réaffirmé l’attachement du Maroc au processus politique mené sous les auspices des Nations-Unies, à travers l’autorité du Conseil de Sécurité et les bons offices du Secrétaire Général de l’ONU. Il a ainsi appelé les autres parties à saisir l’opportunité des tables rondes et à privilégier l’esprit de compromis, et de s’engager dans des négociations sur la base de l’Initiative d’autonomie, afin de mettre définitivement fin à ce différend.

« Je voudrais lancer un appel pour mettre à profit l’élan du processus des tables rondes afin de faire preuve de volonté politique réelle pour aller de l’avant vers une solution politique, conformément aux paramètres définis par le Conseil, loin des formules et approches passéistes, éculées, irréalistes et des questions périphériques qui sont souvent évoquées dans les discussions pour dévier le processus de ses objectifs principaux», a-t-il conclu.

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :