A LA UNEMaroc

Pegasus : Ce qu’en pense l’ex-patron de la DST, Bernard Squarcini

Invité mercredi 21 juillet par Europe 1, l’ancien responsable du renseignement intérieur français a réagi à l’affaire Pegasus et aux accusations d’espionnage contre plusieurs pays dont le Maroc.

« Je serais très prudent sur l’origine de l’établissement de ces listings, on attribue ça au Maroc, moi je reste prudent » a-t-il déclaré, avant de réagir à la remarque suivante du journaliste : « Certains disent que ça peut être un contre-feu, on donne les indices qui mènent vers le Maroc pour cacher l’origine réelle ». « Disons que c’est trop facile, c’est le colonel Moutarde, le poignard dans la cuisine… c’est le Cluedo » a-t-il répondu, sceptique à ce qui a pu être avancé par les médias français ces derniers jours. « Le Maroc est un partenaire, il est adossé à d’autres grands pays, d’autres puissances avec qui il coopère ». « Qui d’autre alors M. Squarcini derrière cet écran de fumée ? » …« Tout est possible, et le silence de l’Elysée est en conformité avec l’attente des résultats comme l’a dit le Premier ministre, des orientations d’enquête » a-t-il ajouté.

→ Lire aussi : Pegasus/Maroc ou le ridicule orchestré

Quelle réponse diplomatique une fois les résultats révélés ?

Selon Squarcini, « Comme d’habitude… rappelez-vous quand Wikileaks a révélé que les présidents de la République ont été écoutés par la NSA… s’en est suivi un silence diplomatique très profond (…) . «Parce qu’on fait la même chose ? » a demandé le journaliste, « Possible, mais il est évident qu’ensuite entre quatre yeux les présidents se parlent ».

L’ex-chef des renseignements français a par ailleurs rappelé à maintes reprises que le Maroc est un pays ami et un partenaire incontournable dans la lutte anti-terroriste, un pays « avec lequel nous avons coopéré lors des attentats de Marrakech en 2011 ou encore du Bataclan où ils nous ont quand même donné les noms des responsables.»

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page