Le PJD subordonne la formation du gouvernement à l’intérêt suprême national

A quelques heures de la réunion que la Chambre des Représentants tiendra, ce lundi à 16h00, pour l’élection de son Président et l’organisation de ses structures, le PJD se refuse toujours de dévoiler ses cartes quant à l’élection du Président de la Chambre des Représentants et se dit ouvert à tous les scénarios. Ceci étant, il réitère son engagement à réussir cette étape cruciale pour le pays.

Le groupe PJD à la première Chambre a tenu, ce matin, une réunion sous la présidence de son coordonnateur Saâdeddine El Othmani. Le Président du Conseil national du PJD  a précisé en cette occasion que la participation des députés de son parti à cette réunion constitue « un moment important du fait qu’il est apparenté à l’intérêt suprême de la nation (…) » et « une contribution dans un événement d’une importance significative pour le pays ».

Tout en louant le rôle joué par le Souverain dans le sillage  du retour du Maroc à l’Union africaine (UA), le deuxième homme fort du PJD a estimé, lors de l’ouverture de cette réunion, qu’il s’agit d’ « un événement historique »Autant dire que le groupe du PJD va participer à cette très attendue réunion « avec un horizon national », explique-t-il en soulignant que« le véritable succès en ces temps est le retour du Maroc à sa place naturelle et légitime au sein de sa famille institutionnelle panafricaine ».

Réfutant toutes informations sur une division de son groupe quant au processus de vote du président de la première Chambre, El Othmani a assuré qu’ « en dépit de l’intersection de l’élection du président de la première Chambre avec la formation du gouvernement, ce qui importe au groupe PJD est l’accomplissement de son devoir envers le pays et les constantes de sa nation ».


S’agissant de l’élection du Président qui occupe tout de même une place prépondérante dans les tractations, qui ont repris en fin de la semaine dernière pour l’accouchement d’une coalition, il a tenu à préciser que « le groupe PJD reste ouvert à tous les scénarios possibles excepté celui du boycott »

A noter dans ce cadre que le PJD et ses alliés (Istiqlal et PPS) n’ont toujours pas tranché sur leur candidat au perchoir. Rappelons que le Chef du gouvernement désigné a, dans une déclaration à la presse au sortir d’une réunion du secrétariat général de son partisamedi 14 janvier, affirmé qu’il a obtenu mandat de ce dernier pour décider de la question en fonction de l’évolution des tractations pour la formation du gouvernement ». Par ailleurs, il semble selon les premières indiscrétions quAbdalilah Benkirane a convaincu l’USFP, avec qui il a repris les négociations ce week-end, de rester dans l’opposition en contrepartie du soutien de la candidature de Habib EL Malki, seul candidat connu jusqu’à présent, à la présidence du Parlement.