Plan Maroc Vert : Des acquis à consolider

Plan Maroc Vert : Des acquis à consolider

Par Khadija Skalli

Initié en avril 2008 avec la principale ambition de relancer le secteur agricole pour en faire un moteur de croissance de l’économie nationale, le Plan Maroc Vert a réussi son challenge. Les réalisations accomplies, durant ces dix années, confirment ce succès. Fin décembre 2018, l’investissement global en agriculture s’élève à 104 MMDH. Ce chiffre devrait progresser en 2019 pour atteindre 115 MMDH.

Le 22 avril 2008, à Meknès, SM Le Roi Mohammed VI lance le Plan Maroc Vert, une stratégie de grande envergure qui vise à développer et à moderniser le secteur agricole. Ce plan ambitieux a deux objectifs majeurs. Redynamiser l’agriculture grâce à la promotion des investissements privés et lutter contre la pauvreté rurale en améliorant le revenu des petits agriculteurs les plus fragiles.

Dix ans après sa mise en oeuvre, le bilan est positif. Le secteur connaît une dynamique importante des investissements. Chiffre à l’appui ! L’investissement global a atteint 104 MMDH fin 2018 dont 60% sont des financements privés, selon les derniers chiffres officiels du ministère de l’agriculture et de la pêche maritime. Une évolution importante des investissements dans le secteur agricole est prévue pour cette année 2019. Le volume des investissements prévu s’élève à 115 MMDH.

De son côté, le secteur public a consenti des efforts dans les deux piliers du Plan Maroc Vert avec une attention particulière au développement de l’agriculture solidaire. Ainsi, 15MMDH ont été investis en 2018 dans la petite agriculture. Ce chiffre progressera en 2019 pour atteindre 17MMDH, selon les prévisions du Département de Aziz Akhannouch. Des partenaires internationaux ont aussi mobilisé 34 MMDH dont 37% sont des dons.

L’agriculture solidaire est l’un des piliers du Plan Maroc vert. Cette stratégie accompagne la petite agriculture à travers l’amélioration des revenus des petits agriculteurs les plus précaires. Pour atteindre cet objectif, des coopératives ont été créées dans différentes filières agricoles notamment celles regroupant des femmes. Les projets de ces coopératives sont supportés à hauteur de 70 à 80% par les bailleurs de fond, nationaux et étrangers. Le reliquat est en grande parties pris en charge par le fonds de développement agricole (FDA).

L’investissement global a atteint 104 MMDH fin 2018 dont 60% sont des financements privés.Autre indicateur du développement du secteur, les exportations agricoles ont,de leur côté, connu une évolution positive avec une progression de 117%.

Ces investissements ont permis l’amélioration des revenus des agriculteurs et la création de nouveaux emplois.

Mieux encore ! Le PIB (Produit intérieur brut) agricole a fait un bond de 60% en 2018 par rapport à 2008, année de lancement du Plan Maroc Vert. Il a atteint ainsi 125 milliards DH, avec un taux de croissance de 5,25%. Les prévisions pour l’année 2019 vont crescendo. Le PIB agricole devrait se consolider davantage pour totaliser 128 MMDH.

Autre indicateur du développement du secteur, les exportations agricoles ont, de leur côté, connu une évolution positive avec une progression de 117%.

Ses principaux clients sont l’Union européenne et la Russie. Les agrumes et les tomates sont les principaux produits exportés. Le Royaume exporte également vers l’Afrique de l’Ouest.

Cette bonne performance du secteur agricole est due notamment aux programmes d’irrigation du PMV. L’agriculture irriguée constitue une composante importante de la stratégie Plan Maroc Vert. Aujourd’hui, l’agriculture irriguée au Maroc couvre 1,6 millions d’hectares, soit 21% des surfaces cultivées chaque année. Les programmes d’irrigation du Plan Maroc Vert bénéficient à 750.000 ha, soit 220.000 exploitations agricoles dont plus de 90% appartiennent à de petits agriculteurs.

En somme, le Plan Maroc Vert a enclenché une véritable transformation structurelle du secteur en renforçant les filières à forte valeur ajoutée. La filière céréalière a évolué de manière significative.
«Les composantes de la production agricole hors céréales ont enregistré un rebond important, particulièrement l’élevage et l’arboriculture (le taux de réalisation de 70% et 57% respectivement pour les agrumes et l’olivier) », soulignent les analystes de la Direction des études et des prévisions (DEPF) du ministère de l’Économie et des Finances dans leur rapport de janvier 2019, sur les tendances sectorielles de l’économie marocaine.

Toutefois, des défis de taille restent à relever.

DEPF : Les défis à relever

Selon la Direction des études et des prévisions du ministère de l’Economie et des finances, des acquis notables ont été enregistrés dans le secteur de l’agriculture. Cependant, il demeure nécessaire d’apporter des réponses appropriées à un certain nombre de défis de taille.
« La durabilité du modèle de développement agricole face au phénomène irréversible du changement climatique. Plusieurs dimensions de la politique de l’eau et de l’irrigation au Maroc sont amenées à être renforcées, y compris l’adaptation du volet tarification de l’eau d’irrigation au contexte climatique contraignant de notre pays ».
« La valorisation de la production agricole, par le biais d’une intégration en amont du secteur agroindustriel aux autres sphères de l’économie. Outre la mise en oeuvre des dispositions du contrat programme du secteur signé en 2017, cet objectif rendrait nécessaire de redynamiser l’agrégation agricole et d’assurer une meilleure adéquation entre l’offre agricole et la demande agroindustrielle ».
« Le développement conséquent de la compétitivité à l’international des exportations agroalimentaires, en renforçant l’agro-logistique à l’export à travers la mise en place d’un réseau de plateformes d’exportations intégrées et multi-filières et en ciblant en priorité les marchés de l’Afrique, de l’Europe et de la Russie et potentiellement ceux de l’Amérique du Nord ».
« La consolidation de la vocation inclusive de l’agriculture marocaine à travers la poursuite des actions structurantes engagées dans le cadre du Pilier II du PMV visant à améliorer et à sécuriser les revenus des petits agriculteurs »

 

Production oléicole : volume record de 2 millions de tonnes

Les investissements consentis dans le secteur agricole ont permis l’amélioration de la production des différentes filières. L’oléiculture a connu, ces dernières années, un développement remarquable. Le secteur affiche de bonnes performances.
La superficie des exploitations agricoles d’oliviers est passée de près de 700.000 hectares au début du lancement de ce plan, à plus de 1.070.000 ha actuellement. La production d’olive, elle, réalise un nouveau record lors de la campagne oléicole actuelle 2018-2019. Elle dépasse les 2 millions de tonnes.
Ce bilan positif est le fruit de la stratégie Plan Maroc Vert. Ses répercussions sur les exportations sont palpables. Les ambitions du PMV sont plus grandes. Cette stratégie vise à l’horizon 2020 une production de 2,5 millions de tonnes.
A noter que l’oléiculture est une activité agricole à forte valeur ajoutée. Elle est une source importante d’emplois et contribue fortement au revenu des petits agriculteurs.

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :