A LA UNESociété

Plus de 10 millions d’enfants confrontés à la malnutrition aiguë en 2021, selon l’ONU

Plus de 10 millions d’enfants en République démocratique du Congo, dans le nord-est du Nigéria, dans le Sahel central, au Soudan du Sud et au Yémen souffriront de malnutrition aiguë en 2021, a averti mercredi le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF).

Sans action urgente, ces chiffres pourraient encore augmenter, selon l’agence onusienne, qui souligne que les pays et régions concernés sont confrontés à de “terribles crises humanitaires” ainsi qu’à une intensification de l’insécurité alimentaire, à la pandémie de coronavirus et, à l’exception du Sahel central, à “une famine imminente”.

“Pour les pays sous le choc des conséquences des conflits, des catastrophes et du changement climatique, la Covid-19 a transformé une crise nutritionnelle en une catastrophe imminente”, a déclaré la Directrice exécutive de l’UNICEF, Henrietta Fore, citée dans un communiqué.

“Les familles qui luttent déjà pour nourrir leurs enfants et elles-mêmes sont maintenant au bord de la famine. Nous ne pouvons pas les laisser être les victimes oubliées de 2020”, a-t-elle dit.

Au Nigéria, l’UNICEF dit s’attendre à ce que plus de 800.000 enfants souffrent de malnutrition aiguë, dont près de 300.000 de malnutrition aiguë sévère, avec le risque d’une mort imminente. La situation est particulièrement alarmante dans les régions du nord-est du pays, qui souffrent des violences du groupe extrémiste Boko Haram.

En RDC, le nombre d’enfants souffrant de malnutrition aiguë pourrait atteindre 3,3 millions, dont au moins 1 million souffrant de malnutrition aiguë sévère. Et au Soudan du Sud, ces chiffres pourraient être respectivement de 1,4 million et 313.000, selon la même source.

Dans les pays du Sahel central, qui compte le Burkina Faso, le Mali et le Niger, l’aggravation des conflits, des déplacements et des chocs climatiques pourrait porter le nombre total d’enfants malnutris à 2,9 millions, dont 890.000 souffrant de malnutrition aiguë sévère, ajoute l’UNICEF.

Dans tout le Yémen ravagé par la guerre, plus de 2 millions d’enfants de moins de cinq ans souffrent de malnutrition aiguë, dont près de 358.000 souffrent de malnutrition sévère – un nombre qui devrait augmenter, a averti l’agence onusienne.

La malnutrition aiguë sévère est la forme la plus extrême et la plus visible de sous-nutrition. Les enfants souffrant de malnutrition aiguë sévère ont un poids très faible pour leur taille et une fonte musculaire sévère. C’est une cause majeure de décès chez les enfants de moins de cinq ans, et sa prévention et son traitement sont essentiels à la survie et au développement de l’enfant.

( Avec MAP )

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page