Plus de 100 millions d’Américains subissent une vague de froid polaire en plein mai

vagues de froid

Plus de 100 millions d’Américains subissent une vague de froid polaire, ce week-end, avec des températures chutant en dessous de zéro, des vents forts et des chutes de neige, en plein mois de mai et au milieu de la pandémie de Covid-19.

Samedi a commencé avec de faibles chutes de neige dans Central Park à New York, signalées par le National Weather Service (NWS).

“De la neige à Central Park! En mai! Le système automatisé d’observation de la surface (ASOS) de Central Park a enregistré de la neige. Cela correspond au record de la neige la plus tardive établi en ce jour en 1977”, écrit le NWS sur Twitter.

De la neige est également tombée, dans la nuit, en Pennsylvanie et dans l’État de New York, et s’est poursuivie samedi dans le Vermont, le New Hampshire, le Massachusetts et le Maine. Shaftsbury, dans le Vermont, a enregistré près de 23 cm de neige, a rapporté la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA).

Au moins 20 États étaient sous surveillance, alerte ou avis de gel samedi. Bien que la plupart de ces États se trouvent dans le Midwest ou le Nord-Est, les avis s’étendent jusqu’à la Géorgie et la Caroline du Sud.


Plus de 40 villes du Midwest et du Nord-Est ont établi des records quotidiens de basses températures samedi matin, y compris Pittsburgh à -2,2 degrés C et Baltimore à 1 degré C.

Pour Fort Wayne, dans l’Indiana, il s’agissait également de la température la plus froide jamais enregistrée si tard dans la saison et de la température la plus froide enregistrée en mai, en plus d’un creux record quotidien (-5 degrés).

Cette vague de froid est due au “vortex polaire”, qui est une dépression d’altitude tenace et de grande taille, localisée près du pôle nord. Il se déplace dans une direction ouest à est – un système polaire à basse pression.