Plus de 90% des enfants respirent un air pollué

enfants

Plus de 90% des enfants de moins de 15 ans dans le monde respirent un air si pollué que leur santé et leur développement sont gravement mis en danger, a mis en garde, mercredi, la Cheffe des droits de l’homme de l’ONU, Michelle Bachelet.

Lors d’un débat annuel du Conseil des droits de l’homme consacré aux droits de l’enfant et à leur “environnement sain”, la Haut-Commissaire aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, a rappelé l’importance d’un environnement sain et durable pour le développement des enfants.

“La survie, la santé, le bien-être et le développement des enfants dépendent d’un environnement sûr”, a affirmé Mme Bachelet, estimant que “93% des enfants vivent actuellement dans des environnements où la pollution de l’air dépasse les directives de l’Organisation mondiale de la santé (OMS)”.

“Malheureusement, de nombreux enfants vivent dans des zones polluées et sont exposés à des substances toxiques”, a regretté Mme Bachelet, exposant des données de l’OMS qui montrent que chaque année “1,7 million d’enfants de moins de cinq ans meurent à cause de facteurs environnementaux”.

Dans les pays en développement, quelque 12 millions d’enfants ont subi des lésions cérébrales permanentes dues à l’empoisonnement au plomb. Et 73 millions d’enfants dans le monde travaillent dans des conditions dangereuses où ils sont régulièrement exposés à des substances toxiques qui provoquent des lésions et des maladies cérébrales.


“Les enfants autochtones et ceux issus de communautés à faible revenu étaient parmi les plus touchés, une situation aggravée par la Covid-19”, a fait valoir la Cheffe des droits de l’homme de l’ONU.

Pour Mme Bachelet, “la surexploitation de notre environnement augmente le risque de voir des maladies infectieuses comme le Covid-19 passer de l’animal à l’homme”.

“La pandémie est un exemple très puissant de la menace pour le bien-être humain qui résulte des dommages causés à l’environnement”, a-t-elle ajouté. Elle s’entrecroise avec d’autres formes de dégradation de l’environnement, comme la pollution atmosphérique, qui exacerbe la vulnérabilité des personnes à de graves problèmes de santé lorsqu’elles sont exposées à la Covid-19.

Bien que de nombreux enfants échappent aux pires conséquences sanitaires de ce virus, ils sont lourdement pénalisés par les multiples impacts socio-économiques et les risques pour la protection de l’enfance que génère la pandémie, a relevé Mme Bachelet.