Plus d’un million de tonnes de primeurs exportées jusqu’au 17 mai

primeurs

Les exportations de primeurs ont totalisé 1,127 million de tonnes de primeurs jusqu’au 17 mai, soit une progression de 8%, a indiqué mardi à Rabat le ministre de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, Aziz Akhannouch.

En réponse à une question centrale lors de la séance hebdomadaire de la Chambre des conseillers, le ministre a souligné que les exportations de tomates ont atteint près de 520.000 tonnes, en hausse de 4 %, alors que les exportations d’agrumes se sont élevées à 476.000 tonnes.

Il a aussi fait état de 116.000 tonnes d’haricots avec une hausse de 9 %, 44.000 tonnes de courges (+8%), 129.000 tonnes de pastèques (+61%), 86.000 tonnes de fruits rouges (+25%) et 32.000 tonnes d’avocats (193%).

S’agissant des cultures sucrières, M. Akhannouch a souligné que la superficie cultivée en betterave à sucre a atteint 57.000 hectares, soit l’équivalent de 96% de la superficie programmée. Les quantités livrées ont totalisé 370.000 tonnes jusqu’au 22 mai courant, soit 11 % de la production brute prévisionnelle, estimée à 3,42 millions de tonnes, avec une rentabilité située autour de 60 tonnes/Ha.

Quant à la canne à sucre, la production devrait avoisiner les 646.000 tonnes, alors que la quantité livrée aux unités de transformation a atteint 35.000 tonnes.


Pour ce qui du fourrage pour le bétail, M. Akhannouch a expliqué que le ministère a mis en place un programme dédié au fourrage subventionné, notant que des appels d’offres ont été ouverts pour le maintien de cet appui jusqu’au mois de septembre prochain. Il a dans ce sens affirmé que le gouvernement accompagnera les agriculteurs durant ces conditions difficiles à l’aide des moyens disponibles.

Par ailleurs, en réponse aux questions des députés concernant la fête de l’Aid Al Adha, le ministre a affirmé que l’Office national de la sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA) a procédé jusqu’à présent à l’opération d’identification de 2,6 millions de têtes du cheptel.

“La pandémie du Covid-19 ne nous a pas empêché de fêter Aïd Al Fitr, mais le rituel de l’Aïd Al Adha se veut une question de logistique pour laquelle nous devons bien planifier et s’organiser”, a-t-il poursuivi, notant que le problème ne se pose pas à l’intérieur des foyers mais au sein des marchés qui doivent être organisés. Il a, dans ce sens, fait savoir que “le ministère de l’Intérieur en collaboration avec le ministère de l’Agriculture font le nécessaire pour être au rendez-vous”.

Après avoir rappelé que le coronavirus a mis en avant l’impératif de fournir davantage d’efforts au niveau de l’organisation des abattoirs et des marchés de légumes et de bétails, M. Akhannouch a précisé que la décision de fermeture des marchés a été entreprise en vue de protéger la population du monde rural contre la propagation du Covid-19, notant que 12 marchés ont été ouverts dans la perspective d’ouvrir 40 autres.


Il a aussi appelé les employés des secteurs de l’agriculture et de la pêche maritime à respecter les mesures préventives pour lutter contre la propagation du coronavirus en milieu de travail.