Pollution de l’air à Bangkok : écoles fermées et horaires administratifs décalés

Bangkok
Bangkok

Avec des pics de pollution de l’air dangereux pour la santé, les autorités métropolitaines de Bangkok ont décidé, mercredi, la fermeture des écoles de la capitale et un décalage des horaires des administrations pour tenter de dédensifier la circulation aux heures de pointe, source principale de cette pollution de l’air aux particules fines (PM2,5).

La mairie a ordonné à des milliers de fonctionnaires de commencer le travail à 10h au lieu de 8h et suspendu les cours dans quelque 437 écoles de la ville en raison de la dégradation de la qualité de l’air à Bangkok et dans le souci de protéger les enfants qui sont particulièrement vulnérables à cette pollution, a déclaré le porte-parole de l’administration métropolitaine de Bangkok (BMA), Pongsakorn Kwanmuang.

Les horaires de travail décalés aideraient à réduire le nombre de véhicules dans les artères de Bangkok aux heures de pointe, a-t-il déclaré, ajoutant que la BMA a lancé une opération de distribution de masques anti-pollution et une campagne de sensibilisation auprès des habitants.

→ Lire aussi : Pollution en Chine: Des “progrès impressionnants”, mais un niveau d’ozone en hausse

Les autorités sanitaires ont appelé les habitants à porter des masques anti-pollution, à réduire les activités en plein air, et conseillé le confinement pour les personnes fragiles, les personnes âgées et celles souffrant de maladies respiratoires. Les services municipaux ont également lancé une opération de distribution de masques anti-pollution dans les rues de la capitale.


L’Administration métropolitaine de Bangkok a annoncé lundi dernier que les niveaux du smog avaient empiré à Bangkok avec des pics de pollution élevés dans 34 des 50 districts de la métropole Bangkok.

Si les relevés officiels font état d’une concentration de particules fines aux alentours de 80 microgrammes par mètre carré d’air, des organismes internationaux indépendants font état de pics dépassant les 200mg/m3, alors que le seuil de tolérance de l’OMS est de 25mg/m3.