Pompeo condamne l’expulsion par la Chine de trois correspondants étrangers du Wall Street Journal

Pompeo

Les États-Unis ont condamné mercredi l’expulsion par la Chine de trois correspondants étrangers du Wall Street Journal.

Les pays matures et responsables comprennent qu’une presse libre rapporte des faits et exprime des opinions. La bonne réponse consiste à présenter des contre-arguments et non à restreindre la parole“, a indiqué dans un communiqué le secrétaire d’Etat Mike Pompeo.

Les États-Unis espèrent que le peuple chinois bénéficiera du même accès à des informations précises et de la liberté d’expression que les Américains“, a-t-il ajouté.

Le gouvernement chinois a annoncé mercredi qu’il révoquerait les accréditations de presse de trois journalistes du Wall Street Journal, dans ce qui constitue la plus grande expulsion de médias étrangers du pays en plus de trois décennies.

S’exprimant lors d’un point de presse, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Geng Shuang, a déclaré que l’expulsion était due à un article d’opinion publié par le quotidien américain le 3 février, intitulé “La Chine est le véritable homme malade de l’Asie“.

Les éditeurs ont utilisé un titre racialement discriminatoire, provoquant l’indignation et la condamnation du peuple chinois et de la communauté internationale“, a déclaré Geng.

La décision du gouvernement chinois intervient moins d’un jour après que des responsables américains du département d’Etat ont annoncé qu’ils traiteraient cinq grandes entités médiatiques chinoises comme des “missions” du gouvernement chinois.

Un haut responsable du département d’Etat a déclaré mardi que Xinhua, le CGTV, Radio Chine Internationale, le China Daily et le Quotidien du Peuple seront désignés comme “missions étrangères“, avec effet immédiat.

Ce changement signifie que les sociétés de médias auront désormais besoin de l’approbation du gouvernement américain pour acheter ou louer des bureaux aux États-Unis et devront enregistrer les changements de personnel auprès du Département d’État américain.

Le ministère chinois des Affaires étrangères a qualifié la décision de “déraisonnable et inacceptable” et a soutenu que la Chine se réservait le droit de “répondre davantage sur cette question“.