La position du nouveau gouvernement polonais inchangée sur la question des migrants

La position du nouveau gouvernement polonais en matière de politique migratoire et des quotas des réfugiés fixés par l’UE reste inchangée, a souligné jeudi la porte-parole du ministère polonais des Affaires étrangères, Joanna Kopcinska. 

Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a discuté la semaine dernière avec le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, de la question de l’immigration notamment clandestine et a présenté les arguments du refus de Varsovie des quotas fixés par l’UE, a ajouté Kopcinska sur son compte Twitter.

Interrogé la semaine dernière sur la question des réfugiés, le chef du gouvernement conservateur a déclaré que la Pologne aidait “les réfugiés mais sur place”.

Début décembre, la Pologne avait été renvoyée devant la Cour de Justice européenne pour ne pas avoir rempli ses obligations en matière d’accueil des réfugiés.


Au plus fort de la crise des migrants, l’UE s’est dotée d’un programme temporaire de relocalisation d’urgence depuis l’Italie et la Grèce avec des quotas d’accueil par Etat membre. Elle reproche à la Pologne mais aussi à la République tchèque et la Hongrie de ne pas avoir participé dans la mesure de leurs engagements au plan de relocalisation des migrants et réfugiés dans l’UE.

Le groupe de Visegrad (la Hongrie, la Pologne, la République tchèque et la Slovaquie), a accepté d’augmenter l’aide matérielle et financière aux groupes de réfugiés les plus vulnérables et aux pays où arrivent un grand nombre d’immigrants mais refuse de participer à une répartition contraignante des migrants.