A LA UNECoronavirus

Pour relancer le tourisme, l’Italie mise sur des îles certifiées “Covid-Free”

Encouragée par les progrès réalisés dans la vaccination anti-Covid qui laissent entrevoir l’amorce d’une reprise des activités dans plusieurs secteurs économiques, l’Italie mise désormais sur des îles déclarées exemptes de coronavirus dans le but de sauver la saison touristique et de tourner la page de l’épidémie qui a mis à rude épreuve le secteur.

Aussi, les autorités locales et les opérateurs économiques dans ces îles paradisiaques fondent-ils de grands espoirs sur les initiatives entreprises par le gouvernement pour les aider à faire face aux répercussions de l’épidémie, et à promouvoir les atouts de ces zones pour leur permettant de bénéficier d’importants revenus générés par l’arrivée des touristes étrangers.

Pour atteindre cet objectif et surmonter les répercussions de l’épidémie, le gouvernement italien et les différents professionnels du secteur se mobilisent pour accélérer la campagne de vaccination des habitants de ces îles, encore méconnues des touristes, car seulement 80 d’entre elles sont connues dans le monde avec leurs hôtels luxueux et leurs magnifiques vues sur la mer, ce qui en fait une destination préférée pour les touristes en quête d’offres attractives.

En effet, les îles italiennes attirent des millions de touristes chaque année car elles sont particulièrement réputées pour leurs sources thermales aux propriétés et vertus curatives uniques.

L’offre ne se limite pas seulement aux seules eaux thermales, mais s’étend aussi aux petites sources d’eau sur certaines plages qui coulent continuellement, outre des dizaines de stations balnéaires qui se caractérisent par les résidus et boue volcaniques aux propriétés curatives célèbres.

→ Lire aussi : COVID-19 : L’OMS DÉNONCE L’INÉGALITÉ “SCANDALEUSE” D’ACCÈS AUX VACCINS DANS LE MONDE

Cependant, la crise sanitaire liée à la pandémie de coronavirus a imposé aux professionnels de procéder, outre la promotion des atouts naturels, à l’adoption d’un “certificat de tourisme sûr”, en tant que nouvelle mesure introduite dans le secteur de l’industrie du tourisme, qui repose sur 4 piliers de base, à savoir « la santé et la sécurité du voyageur», « la santé et sécurité des travailleurs», «les mesures prises dans les installations» et « les mesures prises en matière de transport». Des îles comme celles de Capri Ischia Murano et Burano, qui accueillent des millions de touristes chaque année, s’emploient activement à mettre en œuvre ces mesures.

Dans ce contexte, le Premier ministre italien Mario Draghi a exprimé la disposition de son pays à accueillir à nouveau des touristes. “Le monde veut se rendre en Italie. L’Italie est prête à accueillir le monde”, a-t-il déclaré.

M. Draghi a souligné, dans une déclaration à la presse, que “le gouvernement italien a mis en place un passeport national vert qui entrera en vigueur prochainement”, et permettra le déplacement sans restriction dans toutes les régions de la péninsule.

Pour sa part, le ministre des Affaires étrangères Luigi Di Maio a fait remarquer que les voyageurs en provenance d’Europe qui ont été vaccinés devraient être autorisés à entrer plus facilement en Italie à partir de la mi-mai, ajoutant que le gouvernement, en collaboration avec le ministère de la Santé, s’emploie à lever la quarantaine pour les citoyens de l’Union européenne, britanniques et des voyageurs d’Israël, qui ont ont été vaccinés ou se sont remis de Covid-19.

Pour les voyageurs en provenance des États-Unis, « les vols sans COVID » seront renforcés d’ici la mi-juin, l’objectif étant, selon les médias locaux, de rouvrir les frontières et d’annuler la quarantaine imposée aux touristes américains, tout en appliquant les mêmes critères pour le «couloir vert». Le gouvernement s’emploie également à organiser « des voyages sans Covid » de et vers d’autres pays.

Le gouvernement italien, qui fait face à une pression croissante de la part des professionnels du secteur de l’industrie touristique, a ainsi mobilisé d’importantes ressources financières et matérielles, et mis au point des solutions exceptionnelles en vue de relancer le tourisme, un pilier de l’économie nationale qui a été durement affecté par les répercussions de la crise du coronavirus.

En 2020, le secteur a subi d’énormes pertes, en raison de la chute du nombre de touristes. Selon les statistiques, seulement 25,53 millions de visiteurs étrangers se sont rendus dans la péninsule en 2020, contre 65,02 millions en 2019, soit une baisse de 60%.

Le tourisme génère des bénéfices annuels pour le pays, estimés à 146 milliards d’euros, et contribue à environ 13% du produit intérieur brut, autant de revenus dont l’économie italienne a été privée après la fermeture des frontières, la suspension des voyages aériens et maritimes, et la mise à l’arrêt des services et des industries liés à ce secteur.

Localement, les régions italiennes, qui dépendent dans une large mesure des revenus du tourisme, ont conçu de nouvelles méthodes pour relancer ce secteur, notamment en proposant des offres attractives en vue de favoriser le retour des touristes. Pour relancer le tourisme après la crise, l’île de Sicile propose de rembourser la moitié des vols et un tiers des frais de nuit d’hôtel pour les personnes qui séjourneraient dans la région au cours de l’année, tandis que le gouvernement local a préparé un plan d’une valeur d’environ 43 millions d’euros pour promouvoir le tourisme.

( Avec MAP )

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page