A LA UNEChroniques

Pourquoi le régime algérien déteste la France

Par Charles Saint-Prot

La décision du régime algérien de rappeler son ambassadeur en France, le 2 octobre 2021, est — comme la rupture des relations avec le Maroc — celle d’un système à bout de souffle. Un système qui, à force de tromper le monde depuis l’indépendance en 1962, tourne en rond et ne satisfait que les intérêts particuliers des profiteurs corrompus du régime.

Mais qu’a dit le président Macron pour conduire Alger à ce rappel surprenant de son ambassadeur ? Tout simplement que lors d’une discussion avec des jeunes relatée par le quotidien Le Monde, Emmanuel Macron a estimé, le jeudi 30 septembre, qu’après son indépendance en 1962, l’Algérie s’est construite sur « une rente mémorielle entretenue par le système politico-militaire ». Il y évoque aussi « une histoire officielle réécrite », qui « ne s’appuie pas sur des vérités » mais sur « un discours qui repose sur une haine de la France ». Doutant que l’Algérie ait constitué une nation avant la présence française, Emmanuel Macron a également noté que les territoires d’Alger, de Constantine et d’Oran était occupés par les Turcs ottomans ; lesquels avaient été arrêtés par les Rois du Maroc à la frontières marocaine.

Dans un communiqué le régime algérien prétend que les propos de M. Macron porteraient atteinte à la mémoire des 5,63 millions de martyrs qui auraient été victimes de la présence française ! Encore un effort et les Algériens arriveront aux 6 millions, alors que tout le monde sait qu’en 1830, il y avait à peine 2,5 millions de personnes sur le territoire (dont une trentaine de milliers dans la ville d’Alger) que la France appellera l’Algérie, et qu’il y en avait une douzaine de millions (sans compter 1 million d’Européens) lorsque la France est partie en 1962. Parler de génocide est donc une aberration ou un slogan de propagande d’un régime qui ne croit pas à ses propres mensonges — comme j’ai moi-même pu le constater au début des années 1980 chez le président Chadli Bendjedid.

Une dictature militaro-communiste

Quand M. Macron affirme que le régime algérien — celui d’une dictature militaro-communiste installée depuis 1962 et 1965- déteste la France, il est dit vrai car ce système s’est construit dans le mythe du résistancialisme et l’anti-France. Il déteste tout autant la France que le Royaume du Maroc et sans doute faut-il y voir le complexe d’un Etat nouveau ms en place dans les années 1960, c’est-à-dire il y a moins de 60 ans. Cela fait une rude différence avec deux vieilles nations comme la France et le Maroc qui ont plus de mille ans d’existence !

 La récente décision de Paris visant à l’indemnisations des Harkis — les Algériens qui prirent le parti de la France — a sans doute aggravé les choses les causes de ressentiment anti-français d’un régime qui en a fait son fonds de commerce.

Une attitude ambiguë contre le terrorisme

Cela a, bien entendu, des répercussions importantes sur le plan géopolitique. C’est Alger, par le biais de la sordide « Sécurité militaire » formée par le KGB,  qui a été la matrice des mouvements (GIA), Mourabitoune de Benmokthar, rallié à AQMI (dont le dirigeant, un membre du Polisario, vient d’être tué par l’armée française), (MUJAO et autres) prétendument islamistes mais réellement terroristes qui pullulent dans la zone saharo-sahélienne. Et pourtant Alger continue à nier l’évidence :  la connivence indéniable entre les groupes terroristes algériens et AQMI ; c’est Alger qui inspire l’agit-prop contre son peuple, la France et l’unité marocaine avec les réseaux communistes et gauchistes rémunérés par la Sécurité militaire ; c’est Alger qui se réjouit de la mauvaise coopération d’un régime malien corrompu avec la France : c’est Alger qui applaudit lorsque le premier ministre malien insulte devant l’Assemblée générale de l’ONU l’armée française – qui est la seule à faire le travail dans son pays.

Il est clair que l’Algérie n’est pas un partenaire fiable en matière d’antiterrorisme, à la différence du Royaume du Maroc dont la loyauté et la coopération exemplaires sont louées aussi bien à Paris que dans les capitales des pays européens ou aux États-Unis. Comment ce régime qui n’a pas réussi à éradiquer le terrorisme sur son propre sol durant les deux dernières décennies pourrait-il y parvenir dans la région ?

Un régime algérien aux abois

Surtout, ce régime aux abois est celui de toutes les ambiguïtés. L’avocat Hocine Zahouane, militant des droits de l’Homme, membre fondateur et ancien président de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’Homme (2005-2007), a pu noter que « La violence [en Algérie] est entretenue par des forces qui n’ont pas intérêt que la société s’organise pour défendre ses droits, c’est une façon d’exercer l’hégémonie par le désordre ». On a vu récemment avec les manifestations du Hirak, la crise avec le Maroc, les attaques anti-Français, la parodie d’élections qui ont porté à la présidence un homme qui a réuni 99% des suffrages mais moins de 12 % d’électeurs, que le régime ne recule devant rien pour se maintenir au pouvoir. Cela l’entraînera-t-il dans une guerre insensée contre le Maroc ?  En tout cas, cela explique la logorrhée antifrançaise de ce système dont le peuple algérien reste la première victime.

  • Directeur général de l’Observatoire d’études géopolitiques
  • Doyen de l’Institut africain de géopolitique (IAGEO)

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page