Premier cas du nouveau coronavirus chinois confirmé aux États-Unis

coronavirus
coronavirus

Un ressortissant américain a été diagnostiqué avec le nouveau virus qui a tué au moins six personnes et déclenché une épidémie et une surveillance rigoureuse dans le monde entier, devenant le premier cas confirmé aux États-Unis, ont annoncé les autorités sanitaires mardi.

L’homme est revenu dans l’Etat de Washington (Nord-Ouest) au milieu de la semaine dernière après un voyage dans la région chinoise de Wuhan, où l’épidémie a commencé. Le trentenaire se trouve dans un bon état dans un hôpital d’Everett, près de Seattle. Il n’est pas considéré comme une menace pour le personnel médical ou le public, ont assuré des responsables de la santé, cités par les médias.

Les responsables ont déclaré que l’individu en question ne présentait aucun symptôme à son arrivée à l’aéroport de Seattle-Tacoma, mais s’est rendu à l’hôpital dimanche lorsqu’il a commencé à se sentir malade.

Les États-Unis sont le cinquième pays à déclarer avoir diagnostiqué la maladie, après la Chine, la Thaïlande, le Japon et la Corée du Sud.

→ Lire aussi : Un premier cas de coronavirus chinois détecté à Taïwan


La semaine dernière, les responsables fédéraux de la santé ont commencé à filtrer les voyageurs en provenance de la ville chinoise centrale de Wuhan aux aéroports internationaux de Los Angeles, de San Francisco et New York (JFK), la première fois qu’ils effectuent un tel dépistage depuis 2014 et l’épidémie d’Ebola.

L’infection au nouveau virus aurait commencé parmi un groupe de personnes qui ont visité ou travaillé dans un marché aux animaux à Wuhan. Mais après sa propagation rapide, les responsables ont conclu que les personnes, pas seulement les animaux, peuvent transmettre l’infection.

Alors que l’épidémie était jusqu’ici confinée à Wuhan, les responsables sanitaires chinois ont signalé, lundi, de nouveaux cas dans d’autres villes du pays: deux à Pékin et un autre à Shenzhen, la métropole du Sud, à proximité de Hong Kong. Plus de 200 personnes ont à présent été contaminées dans tout le pays.

À quelques jours des grands chassés-croisés du Nouvel an chinois, l’épidémie s’est propagée vers le nord et le sud du pays, provoquant l’inquiétude à l’étranger.


Mardi, avant même la confirmation du premier cas aux Etats-Unis, les actions de Delta Air Lines, d’American Airlines (AAL) et d’United Airlines (UAL), les trois compagnies aériennes américaines avec plus de vols à l’étranger, ont chuté dans les échanges avant l’ouverture dans la foulée de la baisse des actions des compagnies aériennes cotées à Hong Kong.