Présidentielle américaine: Profondes divergences autour du vote par courrier

présidentielle

L’élection présidentielle américaine du 3 novembre prochain, qui met aux prises le président Donald Trump et le candidat démocrate Joe Biden, sera marquée par un nombre important de votes par courrier étant donné que le scrutin se déroulera alors que les Etats-Unis se relèvent à peine de la pandémie du Covid-19 et que les mesures de distanciation sociale y sont toujours en vigueur.

Ce qui n’est pas sans susciter de profondes divergences entre républicains et démocrates. En effet, dans la plupart des Etats du pays, les électeurs ont la possibilité de voter avant le jour de l’élection en se déplaçant dans les bureaux de vote ou par courrier. Or, pandémie du Covid-19 oblige, le vote par correspondance devrait être très populaire lors de cette élection qui se déroule dans des conditions et circonstances très particulières.

Selon les médias US, ce mode de vote pourrait concerner cette année jusqu’à près de 75% des Américains.

Toutefois, la tension monte sur sur ce sujet entre la Maison Blanche et les démocrates. D’un côté, Donald Trump soutient que ce mode de scrutin va favoriser la fraude électorale. L’administration Trump cherche en effet à empêcher le vote par correspondance, qu’il soupçonne d’être favorable à son adversaire démocrate.

D’un autre côté, les démocrates du Congrès ont tenté de voter des crédits pour soutenir la Poste américaine (USPS), confrontée à des difficultés budgétaires. La Chambre des représentants a ainsi adopté le mois dernier un projet de loi visant à financer la Poste, au milieu des plaintes continues des démocrates selon lesquelles l’administration Trump tente de saboter la livraison des bulletins de vote par correspondance avant l’élection présidentielle de novembre.


Le projet de loi démocrate, adopté malgré l’opposition des républicains, fournirait une aide de 25 milliards de dollars à l’USPS et donnerait la priorité au courrier électoral en tant que “première classe”, afin de garantir que les bulletins de vote arrivent à temps pour être comptés lors d’une élection dans laquelle la pandémie du coronavirus menace le vote en personne.

La présidente de la Chambre, Nancy Pelosi, a déclaré que le projet de loi était nécessaire pour “rejeter les efforts de l’administration Trump pour saper la mission critique du service postal”.

Cependant, le projet de loi a peu de chances d’être promulgué, le Sénat républicain ne souhaitant pas l’adopter. De son côté, la Maison Blanche a également indiqué qu’elle opposerait son veto au projet de loi.

Les démocrates accusent Louis DeJoy, l’un des principaux donateurs de Donald Trump qui est désormais directeur général de la Poste, d’avoir mis en œuvre des mesures de réduction des coûts destinées à ralentir, selon eux, la livraison de courrier, avec l’intention d’aider Trump à rempiler pour un second mandat.