Principaux points de la revue mensuelle de la conjoncture de Bank Al-Maghrib

Bank Al-Maghrib

Voici les principaux points de la revue mensuelle de la conjoncture économique, monétaire et financière de Bank Al-Maghrib (BAM), au titre du mois de juillet.

– Le déficit commercial s’est allégé de 10,1 milliards de dirhams (MMDH) en mai par rapport à la même période de 2019, pour s’établir à 73,7 MMDH, selon les données provisoires des échanges extérieurs. Cette évolution résulte de la baisse de 35,5 MMDH des importations et de 25,4 MMDH des exportations. Le taux de couverture est revenu ainsi de 60,1% à 57,8%.

– La progression de la valeur ajoutée non agricole a fortement décéléré, au premier trimestre, revenant à 0,9% au lieu de 4,3% un an auparavant alors que celle agricole a accusé une nouvelle baisse de 5% après celle de 5,9%, sous l’effet de conditions climatiques défavorables. Compte tenu d’un recul de 0,7%, contre une hausse de 1,4%, des impôts sur les produits nets des subventions, la croissance du PIB a été quasi-nulle après une augmentation de 2,8%.

– La demande intérieure a vu son rythme légèrement ralentir à 0,6% au premier trimestre au lieu de 0,8% une année auparavant. Les dépenses de consommation des ménages ont vu leur rythme décélérer de 2,7% à 1,4%, l’investissement a de nouveau baissé de 4,8% après un repli de 4,5% et la consommation finale des administrations publiques a connu une amélioration de 6,2% au lieu de 3,4%.

– La situation budgétaire au titre des cinq premiers mois de 2020 fait ressortir un déficit de 25,5 MMDH, contre 19,5 MMDH un an auparavant et ce, compte tenu du solde positif de 18,1 MMDH du compte d’affectation spéciale de gestion du Covid-19.


– Le besoin en liquidité des banques en juin s’est accentué à 100,4 MMDH en moyenne hebdomadaire, contre 96,5 MMDH en mai, reflétant une hausse de la monnaie fiduciaire. Le taux interbancaire est revenu à 1, 80% en moyenne traduisant notamment l’effet de la décision de réduction du taux directeur de 2% à 1,50% prise par le Conseil de la Banque lors de sa réunion du 16 juin.

– Le dirham s’est déprécié de 1,40% contre l’euro et s’est apprécié de 1,78% vis-à-vis du dollar américain.

– Au terme du mois de juin, le MASI a enregistré une hausse mensuelle de 3,2%, ramenant ainsi sa contre-performance depuis le début de l’année à 16,5%. Le volume des échanges s’est chiffré à 5,1 MMDH de dirhams, montant quasi- similaire à celui enregistré en mai.

– Sur le marché de la dette souveraine, les émissions de bons du Trésor ont atteint 28,4 MMDH en juin, en hausse de 66,2% d’un mois à l’autre. Sur le marché des titres de créances négociables, les levées ont atteint 5,9 MMDH en mai, contre 2,4 MMDH en avril.


– Les émissions sur le marché obligataire ont atteint 7,4 MMDHs depuis fin décembre contre 2 MMDH à la même période en 2019. Tenant compte des remboursements, l’encours obligataire s’est établi ainsi à 139,9 MMDH , en hausse de 1,9% depuis le début de l’année.

– Les souscriptions des titres d’OPCVM du mois de juin ont atteint 79,3 MMDH et les rachats 59,3 MMDH, soit une collecte nette de 19,9 MMDH.