Prison: le traitement réservé aux détenus, conforme aux normes internationales

détenus

La Délégation générale à l’administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR) a indiqué, vendredi, qu’elle veille au respect des dispositions légales et règlementaires ainsi que des normes internationales dans le traitement réservé aux détenus.

Dans un communiqué en réaction au “rapport annuel de l’Association marocaine des droits humains sur la situation des prisons marocaines“, la Délégation générale a qualifié de “calomnieuses” et “gratuites” les allégations contenues dans ce document qui fait état de “torture” et de “violations persistantes”.

Tous les prisonniers ont le droit de se plaindre des conditions de leur détention dans l’ensemble des établissements pénitentiaires, a souligné la DGAPR, affirmant avoir mis en place une unité centrale pour assurer le traitement des différentes réclamations et prendre les mesures nécessaires. “La Délégation ne peut en aucun cas accepter que les détenus soient victimes d’humiliation ou de traitement inhumain ou dégradant. Elle tient dès qu’elle reçoit des plaintes à mener des enquêtes et, le cas échéant, à prendre des mesures à l’encontre des responsables”, souligne le communiqué.

→ Lire aussi : Fès : Plus de 280.000 DH pour créer des activités génératrices de revenus au profit d’ex-détenus


La DGAPR a assuré qu’elle avait même saisi le ministère public compétent en vue de mener des enquêtes dans des affaires liées à des plaintes émanant de détenus. Tous les établissements pénitentiaires peuvent recevoir les visites des représentants des autorités judiciaires, du Conseil national des droits de l’Homme et de ses commissions régionales conformément à la loi en vigueur, a-t-elle rappelé, relevant qu’elle accorde des autorisations aux associations de la société civile “sérieuses” afin d’effectuer des visites aux détenus et leur apporter l’assistance juridique..

La délégation a aussi relevé qu’en dépit des défis auxquels elle fait face en termes de surpopulation, elle tend à exploiter toutes possibilités offertes afin d’améliorer les conditions d’accueil des détenus en leur offrant suffisamment de couvertures, surtout en période hivernale.

Elle a de même réfuté les allégations selon lesquelles les établissements pénitentiaires ne seraient pas dotés de lits suffisants, ajoutant qu’à l’exception de certaines anciennes prisons, les nouveaux établissements ont été construits et équipés selon les normes en vigueur afin que chaque prisonnier puisse disposer d’un lit.