Produits de consommation pendant le Ramadan : Le gouvernement rassure

Le gouvernement a pris une série de mesures préventives pour contrôler les prix et la disponibilité des biens de consommation face à la hausse de la demande des consommateurs lors du mois de Ramadan, a affirmé, mardi à Rabat, le ministre délégué chargé des Affaires générales et de la gouvernance, Mohamed Louafa.

Ces mesures, auxquelles ont contribué différents secteurs ministériels, notamment les ministères de l’Agriculture et de la pêche maritime, de l’Economie et des finances, de l’Industrie, du commerce, de l’investissement et de l’économie numérique, visent notamment et de façon préventive, à garantir des quantités suffisantes de céréales et d’œufs, a précisé le ministre qui répondait à des questions orales à la Chambre des représentants.
Le ministre a fait état de « réserves suffisantes » de denrées qui font l’objet d’une hausse de la demande lors du mois sacré, comme le poisson, les pois chiches, les lentilles et le lait.

Le gouvernement a fait preuve de « rigueur et de responsabilité » en prenant toutes les précautions nécessaires concernant le contrôle et le suivi de la situation dans les marchés, la qualité des produits et le recensement des quantités de marchandises stockées, et ce avec la participation et l’adhésion de l’ensemble des secteurs concernés, a souligné Mohamed Louafa.
A cet égard, le ministre a indiqué que la commission chargée de suivre la situation des marchés tiendra, jeudi, une réunion dédiée à l’évaluation et à l’étude de la mise en œuvre des mesures devant être prises au niveau des différentes provinces et préfectures pour le contrôle des prix et de la qualité des produits qui y sont vendus.

D’autre part, le ministre a relevé que « le gouvernement dément catégoriquement » les rumeurs qui circulent autour d’une hausse attendue des prix des bonbonnes de gaz destinées à l’usage domestique, précisant que certains médias « ont mal compris la structuration des prix stipulée dans le décret » relatif à la subvention par l’Etat du gaz butane.


Le gouvernement accompagne le secteur des produits gaziers grâce à une subvention qui couvre à la fois l’import, le transport, le stockage et la distribution, sans oublier la marge bénéficiaire, a-t-il noté, expliquant que la réforme consiste à rassembler les différents textes légaux régissant le secteur et ne sont pas concernait pas la levée des subventions pour cette denrée.