Assainissement liquide :‎ ‎32 MMDH d’investissement en 15 ans au Maroc

assainissement

Ce ne sont pas moins de 32 milliards de dirhams (MMDH) qui ont été investis sur une ‎période de 15 ans dans le programme d’assainissement liquide, au Maroc.‎

L’assainissement liquide est l’un des sujets les plus importants auxquels le ministère de ‎l’Energie, des Mines et de l’Environnement accorde une attention particulière. Ce programme ‎n’est pas nouveau puisqu’il a enregistré des investissements importants atteignant environ 32 ‎milliards de dirhams en 15 ans, soit 2 milliards de dirhams annuellement.

Ne concernant au début que les villes, ce programme a été converti en un programme intégré ‎comprenant les milieux urbains et les centres ruraux, dont le nombre avoisine 1.200.‎

L’assainissement liquide constitue un des projets les plus difficiles, étant donné qu’il est lié à ‎une série de problématiques d’ordres techniques relatifs au forage souterrain, en particulier à la ‎lumière du phénomène d’urbanisation à grande échelle que connaît un certain nombre de ‎centres ruraux. A ce sujet, un montant de 42 MMDH a été alloué dès à présent jusqu’à 2040, ‎ce qui reflète l’importance accordée à cette question.‎

Dans ce cadre 70 projets ont été étudiés, et afin de faire face au problème de problème de la ‎gouvernance soulevé auparavant, notamment en ce qui concerne l’entité qui sera chargée de la ‎gestion de ce projet, il a été convenu de réaliser les projets dédiés au monde rural, sous la ‎supervision du ministère de l’Intérieur, en coordination avec la Fondation Al Omrane et ‎l’ensemble des agences concernées.‎


Ces précisions ont été apportées par Aziz Rabbah, ministre de l’Energie, des Mines et de ‎l’Environnement, qui répondait à une question orale sur “Les stations d’épuration des eaux ‎usées”, présentée par le groupe Authenticité et Modernité à la Chambre des conseillers.‎

Pour rappel, le Programme National d’Assainissement Liquide et d’Epuration des Eaux Usées ‎‎(PNA), lancé en 2005, fixait les objectifs spécifiques pour l’horizon 2020 et 2030 qui ‎consistaient à atteindre un taux de raccordement global au réseau d’assainissement en milieu ‎urbain de 80% en 2020 et à atteindre un volume des eaux usées traitées de 60% en 2020‎.

Ainsi, les principaux impacts du PNA sont l’amélioration des conditions sanitaires dans les ‎communes concernées et l’amélioration environnementale des bassins hydrauliques. Les autres ‎retombées sont le développement touristique et la création d’emplois en particulier dans ‎l’ingénierie, le BTP et le tourisme.‎

Le PNA consiste ainsi en la réhabilitation et l’extension du réseau, le branchement et le ‎renforcement du réseau pluvial et la réalisation des stations d’épuration (traitement primaire, ‎secondaire, voire tertiaire) pour équiper 330 villes et centres urbains avec un total de plus de ‎‎10 millions d’habitants.‎


Le coût global du programme d’investissement est de l’ordre de 50 Milliards de Dirhams ‎‎(MMDH), jusqu’en 2020.‎