Projection en avant-première du film “Une urgence ordinaire” de Mohcine Besri

film

Le film “Une urgence ordinaire” du réalisateur Mohcine Besri a été projeté, mercredi soir, en avant-première à Casablanca, avant sa sortie nationale le 26 février courant.

Le film, qui se déroule dans l’ambiance “bruyante” d’un hôpital casablancais, met à l’affiche plusieurs noms en vogue du cinéma national, à savoir Fatima Zahra Bennacer, Ayoub Layoussifi, Younes Bouab, Said Bey, Ghalia Benzaouia, Hakim Noury, Zakaria Atifi et Rachid Mustapha.

Le long-métrage raconte l’histoire de Zahra et Driss, un couple de conditions modestes, pris dans une course contre la montre pour sauver leur fils Ayoub (6 ans), qu’ils emmènent aux urgences d’un ’hôpital public de la métropole.

Sur place, ils rencontrent le frère de Driss, Houcine, avec qui ils sont en froid depuis des années. En plein remise en question, ils vont tous aller au bout d’eux-mêmes dans l’espoir de sauver Ayoub.

En même temps, lit-on dans le synopsis, Ali, jeune homme victime d’un chagrin d’amour particulier, est conduit en urgence dans le même hôpital après une tentative de suicide. Il devient camarade de chambre du petit Ayoub, et se balade dans l’hôpital en cherchant à révéler les contradictions de chacun, mais aussi leurs peurs et leurs espoirs secrets.

Dans une déclaration à la MAP, en marge de la projection de son film, Mohcine Besri, 49 ans, souligne que son nouvel opus traite d’une série de thématiques à travers un regard critique du système de santé, qui “résume le calvaire de la société marocaine”.

C’est un message à l’ensemble des acteurs concernés que le temps est venu pour opérer un changement radical à plusieurs niveaux, de la même manière que le citoyen marocain est appelé à participer à cette opération et à la préserver pour en assurer la pérennité“, a considéré ce natif de Meknès, qui vit actuellement entre le Maroc et la Suisse.

Distribué par “Canal4”, “Une Urgence ordinaire”, co-produit par “La Prod” (Maroc) et “Louise Productions” (Suisse), sera projeté dans les salles de Casablanca, Marrakech, Rabat, Tanger, Fès et Tétouan.

Le film a été, notamment, sélectionné au Busan International Film Festival (Corée du Sud), plus important festival de cinéma en Asie, et à la compétition officielle du Festival International du Film de Marrakech en 2018.