A LA UNECulture

Projection virtuelle du documentaire « Dans tes yeux, je vois mon pays »

L’Association des rencontres méditerranéennes Cinéma Droits de l’Homme (ARMCDH) organise la projection virtuelle, du 28 janvier au 04 février 2021, du long métrage documentaire « Dans tes yeux, je vois mon pays » du réalisateur marocain Kamal Hachkar.

Le film, qui s’inscrit dans le cadre des Jeudis Cinéma Droits Humains du mois de Janvier 2021, est accessible sur la plateforme cinéma: films.armcdh.ma après inscription via le lien jcdh.armcdh.ma, a indiqué l’ARMCDH, notant que le film restera disponible sur la plateforme numérique de l’ARMCDH durant une semaine.

Le réalisateur Kamal Hachkar sera présent en live pour débattre autour de son troisième opus sur l’identité, le vendredi 29 janvier à 20h00 sur la page facebook de l’ARMCDH et à travers l’application zoom, a précisé l’association dans un communiqué.

Sorti en 2019, le film “Dans tes Yeux, je vois mon Pays” raconte l’histoire de Neta Elkayam et Amit Haï Cohen qui vivent à Jérusalem et qui créent ensemble un groupe où ils se réapproprient et revisitent leur héritage musical judéo-marocain.

À la scène comme dans la vie, ils explorent cette dualité identitaire, comme pour réparer les blessures de l’exil vécues par leurs parents, souligne le communiqué. “Dans tes Yeux, je vois mon Pays” les suit durant un voyage au Maroc, jalonné de rencontres musicales, qui va transformer leur perception de qui ils sont et de ce qu’ils veulent devenir. Se dessine alors le rêve de recréer des ponts avec le pays de leurs ancêtres.

Cette projection-débat virtuelle est organisée dans le cadre du projet « le cinéma plateforme pour la promotion des droits de l’Homme et de la citoyenneté », cofinancé par l’Union européenne et l’Ambassade des Pays bas au Maroc, a poursuivi la même source.

Kamal Hachkar est un cinéaste indépendant franco-marocain. Né à Tinghir, il quitte son pays natal à l’âge de six mois avec sa mère pour rejoindre son père immigré en France. Toute son enfance a été jalonnée par les déplacements de son père ouvrier. De tous ces déplacements, il a gardé une tendresse particulière pour les déracinés.

Titulaire d’une maîtrise en histoire de l’Université de la Sorbonne, il devient ensuite professeur d’histoire. En 2012, il réalise son premier long-métrage documentaire, « Tinghir-Jérusalem : les échos du mellah » : sélectionné au PriMed – le Festival de la Méditerranée en images en 2013- et dans de nombreux festivals du monde, et qui a remporté plusieurs prix et suscité un débat national sur les identités plurielles du Maroc.

L’ARMCDH organise plusieurs événements par an : les Jeudis Cinéma Droits Humains (JCDH) et les Matinées Enfants (tous les mois à, Rabat, Casablanca, Kénitra, Khouribga et Agadir), la Master Class du cinéma et des Droits de l’Homme (trimestriellement), la nuit du court métrage des Droits humains ainsi que la Nuit Blanche du cinéma et des Droits de l’Homme.

(avec MAP)

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page