La culture, facteur de croissance durable

Dans la région de Souss-Massa, réputée pour la richesse et la diversité de ses potentialités culturelles, son histoire et son patrimoine matériel et immatériel, la culture et l’art représentent un réel facteur de croissance durable, a estimé la vice-présidente du conseil régional, la poétesse Khadija Arouhal.

“La promotion culturelle fait partie des attributions du Conseil régional dans le cadre de la régionalisation avancée. L’investissement dans ce secteur est aussi important que prioritaire car la culture est une locomotive pour le développement durable et intégré des collectivités locales”, a déclaré à la MAP la poétesse d’expression amazighe et militante associative, à la veille de la tenue à Tiznit d’un forum régional des politiques culturelles locales auquel sont conviés, du 22 au 24 décembre, associations, artistes et porteurs de projets culturels, ainsi que les collectivités locales et les établissement publics et privés actifs dans le secteur.

Pour elle, la dynamique culturelle en région est tributaire d’un haut niveau de participation citoyenne, d’éducation et de créativité, ajoutant s’être engagée en politique avec l’ambition de contribuer à «faciliter l’accès équitable à la culture et aux arts et rompre avec une certaine vision qui veut réduire la culture à un simple loisir».

“La culture est un facteur de croissance réelle. Il est important d’en faire une composante essentielle des politiques publiques en mettant en valeur la dimension économiques de la production culturelle et en s’attelant à surmonter les défis et les obstacles qui se posent aux créateurs”, a plaidé cet cette trentenaire originaire de Tiznit, qui compte à son actif plusieurs recueils, dont «azvawan n urmmadv» (La symphonie du marasme), ou encore “Tifrass” (Traits) qui lui ont valu des distinctions aux niveaux régional et national. Elle anime aussi une émission TV intitulée «Amiri» pour l’enseignement de la langue amazighe.


Revenant sur la richesse et la diversité du patrimoine culturel et historique matériel et immatériel ainsi que le savoir-faire ancestral dont regorge le Souss-Massa, l’élue en charge du portefeuille de la culture, a mis en avant “l’engagement du Conseil régional, dans le cadre de son plan de développement économique et social, à valoriser ce patrimoine et faire valoir toutes ses composantes».

C’est dans cette dynamique, a-t-elle soutenu, que s’inscrit la troisième édition du forum régional des politiques culturelles locales, placé sous le thème: “Les filières de la production dans la région: Diagnostic et valorisation”.

Organisé à l’initiative du Centre Souss-Massa pour le développement culturel en partenariat avec le Conseil de la région, le conclave s’attèlera, selon Mme Arouhal, à transcender l’étape du seul diagnostic de l’état des lieux pour se focaliser sur la valorisation.

Au programme figure des échanges d’expériences et de bonnes pratiques entre les différents acteurs et intervenants dans ce champs ainsi que l’organisation d’ateliers et séances plénières encadrés par des universitaires et des spécialistes sur la planification culturelle et les enjeux de faire de la culture un levier du développement durable.


Le forum de Tiznit doit servir de “tournant” dans la politique de traitement des enjeux culturels au niveau de la région, a-t-elle espéré.

En prévision de cet événement, une sélection des projets appelés à participer a été opérée par les organisations dans le respect, indique-t-on, de la méthodologie et de la thématique du forum et en vue d’assurer une représentation équilibrée tant sur le plan territorial que sectoriel.

Propos recueillis par Omar ACHY