Pyongyang menace de continuer de développer des armes nucléaires

armes nucléaires

Le ministre nord-coréen des Affaires étrangères, Ri Son Gwon a déclaré vendredi que Pyongyang continuerait de développer des armes nucléaires et des missiles balistiques en raison de l’échec des négociations de dénucléarisation avec les États-Unis.

La déclaration de Ri Son Gwon, intitulée “Notre message aux États-Unis est clair”, a été publiée par l’agence de presse nord-coréenne, KCNA à l’occasion du deuxième anniversaire de la première réunion entre le dirigeant nord-coréen, Kim Jong Un et le président américain, Donald Trump à Singapour.

Lors de cette réunion, le président américain Donald Trump a promis au dirigeant nord-coréen Kim Jong Un que les États-Unis fourniraient des garanties de sécurité à Pyongyang en échange d’une dénucléarisation “complète” de la péninsule coréenne.

Soulignant que Washington a ignoré cet engagement, M. Ri a souligné que “rétrospectivement, jusqu’à présent, toutes les pratiques de l’administration américaine actuelle n’ont servi qu’à accumuler ses réalisations politiques.”

→ Lire aussi : La Corée du Nord déplore l’absence de tout progrès dans les relations avec Washington


“La question est de savoir s’il sera nécessaire de continuer à se serrer la main comme à Singapour”, a déclaré le ministre, ajoutant que la Corée du Nord est capable “de constituer une force plus fiable pour faire face aux menaces militaires à long terme des États-Unis”.

Le chef de la diplomatie nord-coréenne a également rappelé que Kim Jong Un avait déclaré lors d’un rassemblement militaire du Parti des travailleurs au pouvoir en mai que la Corée du Nord renforcerait davantage la “dissuasion nationale de guerre nucléaire”.

Depuis la réunion de Singapour en 2018, la Corée du Nord a suspendu les essais d’armes nucléaires et de missiles balistiques intercontinentaux qui pourraient atteindre le continent américain, mais a récemment effectué des tests de ce qui semble être des missiles balistiques à courte portée.

Lors de leur sommet à la capitale vietnamienne, Hanoï, en février de l’année passée, les deux dirigeants n’ont pas réussi à combler l’écart entre les demandes de Washington et les appels de Pyongyang à un allégement des sanctions.


En octobre 2019, les États-Unis et la Corée du Nord ont tenu une réunion de travail à Stockholm, la capitale suédoise, mais cela s’est terminé sans progrès, a déclaré Pyongyang, soulignant que les pourparlers ont été interrompus alors que Washington est arrivé “les mains vides”.