A LA UNESociété

Quand le club Rotary fait renaître le sourire des enfants au Moyen Atlas

Par Hassan Alaoui

A la sortie d’Ifrane, après quelques kilomètres fut une route serpentée qui conduit à Immouzer, existe une bifurcation à gauche constituée par une piste poudreuse. Dix minutes de temps qui semble éternel, sous un soleil non pas torride comme on pouvait le craindre, mais assez chaud. L’image est la même en ce début d’été précoce, le ciel comme la terre se joignent…

Nous sommes dans un petit village appelé Adghaghe, à Aïn Marsa, quelques centaines d’habitants, des femmes vaquant à leurs occupations, visage découvert dont on peut assurer qu’il exprime une liberté revendiquée et assumée depuis des siècles, celle de la mythique et décomplexée « femme berbère », tablier cernant leur taille, manches retroussées, à la tache…C’est quasiment une affaire d’anthropologie, dirait un certain Claude Lévi-Strauss…

La petite école consistant pendant quelques années en deux simple classes de fortune et un baraquement alentour, mais renforcée depuis quelques mois par un bâtiment en finition, dédié au préscolaire généralisé, le complexe reçoit des dizaines d’enfants de l’âge de 4 à 12 ans. C’est de toute évidence le centre névralgique du village qui voit s’agiter la population, les ouvriers, le caïd entièrement mobilisé pour les habitants, des filles et des garçons qui échangent. L’ambiance est à coup sûr bon enfant…colorée, vivante.

Rotary

Adghaghe fait partie du groupe scolaire Aït Lahcen Oubrahim qui compte pas moins de cinq écoles, éparpillées dans cette zone rurale où s’est développée une culture de l’autosuffisance, les femmes en pleine besogne, un simple fichu sur la tête,  plus actives que les hommes. Pendant la journée du samedi 26 juin, une délégation du Club Rotary Casablanca Mers Sultan ( CRCMS) a fait le voyage pour se rendre en cette région, en compagnie de Lamia Bazire, présidente de l’Association des femmes de l’Atlas pour le développement rural. Dire que l’accueil était chaleureux relève d’un truisme, tant l’enthousiasme réciproque imprégnait la manifestation.

Composée de Othman Chérif Alami, président du Club Rotary de 2020-2021, Mohamed El Iraqi, Président élu du même club de 2021-2022, Docteur Zohra Benali, Past Présidente du club et présidente de la Commission d’intérêt public 2020-21 et Abdelilah Yakouti, chargé de la Commission culturelle et des loisirs, cette délégation a tout de suite intégré la famille rurale du village, ramenée grâce à Lamia Bazire. Celle-là même qui, envers et contre tous, voue sa vie à un combat de reconnaissance des femmes de la région et incarne la figure de proue de leur émancipation.

Rotary

Se succédant, lors d’une réunion dans la salle de classe, les responsables du CRCMS se sont réjouis d’être venus dans cette localité d’Aït Lahcen Oubrahim et de faire une plongée dans la réalité profonde du Maroc, d’être en contact avec des enfants fabuleux et des familles à l’œuvre qui, de l’agriculture surtout, vivent et éduquent leurs enfants. Leurs témoignages respectifs dénotent d’un vif intérêt pour cette région rurale, et expriment tour à tour leur engagement à renforcer la coopération avec les habitants de cette commune rurale. Le matériel offert à l’école par le Rotary consiste, entre autres,  en une vidéo, des ordinateurs, des tablettes, des imprimantes, des sacs ados, des cartouches Epson  et d’autres matériaux, etc…

Plus d’une trentaine de femmes du village, et plus d’une cinquantaine d’enfants , les directeurs du centre, les responsables divers présents sur cette scène qui a connu son couronnement avec le partage d’un repas fraternel, tout ce qu’il y a de frugal et riche en hospitalité proverbiale. Le village d’Adghaghe a vécu en symbiose avec ses invités du Rotary Club Mers Sultan de Casablanca, un lien indéfectible, une relation établie à jamais. Une journée d’autant plus mémorable qu’elle inauguré, tout compte fait, comme un cycle de découverte inédit. Les membres du Rotary se sentent imbibés du souffle de la campagne du Moyen Atlas et leur mission accomplie, jamais inachevée en revanche, a valeur de symbole. La terre profonde du Maroc restera le vivier pour tous, l’hospitalité des habitants de ce Maroc profond demeurera légendaire et inaltérable.

Rotary

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page