Rapport HCP : la croissance est à 2,8%

Comme à l’accoutumée, le Haut-Commissariat au Plan vient de sortir son rapport trimestriel sur la croissance compris entre les mois de juillet, août et septembre. Agrégat phare de la situation économique d’un pays, la croissance a connu une augmentation de 0,4%.

Dans son introduction le rapport précise que la croissance économique nationale se serait établie à 2,8%, au troisième trimestre 2018, au lieu de +2,4% un trimestre auparavant. La valeur ajoutée agricole aurait poursuivi son affermissement, affichant un accroissement de 3,1%, en variation annuelle.

Hors agriculture, la valeur ajoutée aurait progressé de 2,8%, au lieu de 2,4% au trimestre précédent, portée par un léger redressement du secteur secondaire. Après une brève annonce de l’état des lieux, l’institution donne les prévisions du quatrième et dernier semestre de l’année. En effet, au quatrième trimestre 2018, la croissance des activités hors agriculture se poursuivrait pratiquement au même rythme que le trimestre précédent. Avec une hausse anticipée de 3,6% de la valeur ajoutée agricole, la croissance de l’économie nationale se situerait à 2,9%, au lieu de +4,4% au quatrième trimestre 2017.

Le secteur agricole, locomotive de la croissance

Selon le rapport du dernier trimestre,  la valeur ajoutée agricole aurait  fait une progression de 3,1% au troisième trimestre 2018, en variation annuelle, contribuant pour 0,3 point à la croissance économique globale. Il explique que les conditions de développement des cultures hivernales seraient restées, dans l’ensemble, bonnes, non sans préciser une légère perturbation de la floraison des cultures d’été causé par le prolongement des précipitations largement excédentaires sur les quatre premiers mois de 2018 et la baisse des températures de 1,9°C et 0,9°C.

→Lire aussi : Rapport de la banque mondiale : la croissance de l’Afrique avance à pas de caméléon

Ce retard de maturation des variétés précoces de l’arboriculture ont eu raison sur les prix par ce qu’ils ont connu une augmentation de 10,6% des prix à la consommation des fruits frais au troisième trimestre 2018.

Cependant, le relèvement de la production des maraîchères de saison et des céréales se serait accompagné par une réduction de leurs prix à la consommation de 8% et 4,2%, respectivement, en variations annuelles. Au total, les prix agricoles auraient enregistré une hausse de 0,9%, au troisième trimestre 2018, en variation annuelle, mettant terme à une phase de repli conjoncturel qui avait duré quatre trimestres successifs.

Croissance des autres activités

Au troisième trimestre 2018, l’évolution du taux de croissance des produits hors agriculture s’est accélérée pour se situer à 2,8%, au lieu de +2,4% un trimestre auparavant. Contribuant pour près de 1,5 point à la croissance globale du PIB, le secteur tertiaire aurait continué de soutenir l’activité économique grâce notamment à la bonne orientation du commerce, du transport et des activités touristiques, dont la valeur ajoutée aurait crû de 5,2%. La contribution du secteur secondaire à la croissance économique globale aurait été de +0,6 point, au lieu de +0,5 point un trimestre auparavant.

→Lire aussi : Budget économique exploratoire de 2019 : la croissance baisse !

Abordant l’exploitation minière, la valeur ajoutée se serait accrue de 2,4%, au troisième trimestre 2018. Un redressement qui cache cependant un essoufflement de la production des minerais non-métalliques, dont la croissance se serait limitée à 2,9%, au lieu de 28,5%, 20%, 21% et 20,6% réalisées, respectivement, par trimestre entre la mi-2017 et début 2018.

La croissance des industries manufacturières et immobilières

Les industries manufacturières auraient, pour leur part, poursuivi leur raffermissement entamé à fin 2017, marquant un accroissement de 3,1%, au troisième trimestre 2018, au lieu de +2,7% un trimestre auparavant. Cette progression aurait été tirée, notamment, par le raffermissement de 4,5% de la valeur ajoutée des industries chimiques, dans le sillage de l’amélioration de la demande adressée aux fertilisants.

La valeur ajoutée de la construction aurait augmentée, au troisième trimestre 2018, de 0,6% en variation annuelle, après +0,9% un trimestre auparavant. Le ralentissement de l’activité aurait été notamment lié  au recul de la demande adressée au secteur de l’immobilier résidentiel, comme l’atteste la baisse des transactions de 0,5%, au deuxième trimestre 2018. Cette décélération aurait été, également, confirmée par la faible utilisation des facteurs de production, notamment du ciment dont la baisse aurait atteint 7%, au troisième trimestre 2018, en variation annuelle.

Dans l’ensemble, la valeur ajoutée hors agriculture se serait accrue de 2,8%, au troisième trimestre 2018, au lieu de +2,4% un trimestre auparavant. Compte tenu d’une hausse de 3,1% de la valeur ajoutée agricole, la croissance économique nationale se serait établie à 2,8%, au troisième trimestre 2018, au lieu de 2,4% au trimestre précédent.