Rd-Congo: réunion d’urgence à l’OMS pour examiner les risques internationaux d’Ebola

Rd-Congo: réunion d’urgence à l’OMS pour examiner les risques internationaux d'Ebola

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a réuni ce vendredi son comité d’experts pour examiner les risques internationaux de l’épidémie d’Ebola en République démocratique du Congo (RDC) où une vingtaine de cas mortels ont été signalés. A l’issue de cette réunion, l’OMS décidera s’il convient de déclarer une “urgence de santé publique de portée internationale”, ce qui entraînerait une plus grande implication internationale, la mobilisation de la recherche et des ressources.

“Nous entrons dans une nouvelle phase de l’épidémie d’Ebola qui touche désormais trois zones de santé”, dont un cas confirmé dans une zone de santé urbaine, a déclaré jeudi le porte-parole de l’OMS, Christian Lindmeier.

L’OMS déploie une trentaine d’experts en RDC pour mener des activités de surveillance à Mbandaka (nord), en collaboration avec le ministère de la Santé et d’autres partenaires.

“L’arrivée d’Ebola dans une zone urbaine est très inquiétante et l’OMS et ses partenaires travaillent ensemble pour accélérer la recherche de tous les contacts du cas confirmé dans la région de Mbandaka”, a affirmé Dr Matshidiso Moeti, directrice du bureau régional de l’OMS pour l’Afrique.


>>Lire aussi : RD Congo: un premier cas d’Ebola détecté en zone urbaine

L’organisation s’apprête à utiliser un vaccin expérimental contre le virus d’Ebola, après avoir reçu le feu vert des autorités de la Rd-Congo où elle a acheminé un premier lot de 4000 doses de ce vaccin jugé prometteur.

C’est la première fois que ce vaccin est produit en grand nombre depuis qu’il a été développé par le laboratoire américain lors de la grande épidémie d’Ebola il y a deux ans en Afrique de l’Ouest. Entre 2014 et 2016, la maladie a fait 11.300 morts en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone.

Critiquée lors de la précédente épidémie, l’OMS est cette fois en première ligne face à l’apparition de nouveaux cas de la maladie. Elle dit se préparer au “pire des scénarios” et a déjà débloqué un million de dollars.