RDC : des casques bleus accusés d’exploitation sexuelle

RDC : des casques bleus accusés d’exploitation sexuelle
South African National Defence Force's (SANDF) troops arrived in Bujumbura as head of a peacekeeping mission for the Africa Union Organization assemble their weapons on the airfield of the South African Air Force 27 April 2003, in Bujumbura. The first contingent of some 100 South African troops arrived today in Bujumbura, the the first of a 3,500-strong force which will comprise units from South Africa, Ethiopia and Mozambique. AFP PHOTO/MARCO LONGARI

Des plaintes pour violence et abus sexuels sur des civils ont été déposées auprès de l’Organisation des Nations unies (ONU) à l’encontre de soldats sud-africains opérant en RDC. Les faits se seraient déroulés dans les provinces du Nord-Kivu et Sud-Kivu, entre 2014 et 2016.

L’ONU a déclaré avoir été, de nouveau, saisie pour des faits impliquant 5 soldats sud-africains. Les victimes au nombre de cinq, sont quatre femmes et une mineure. Selon son porte-parole Stéphane Dujarricles mis en cause seront soumis à un test de paternité pour établir la présence ou non d’un lien de parenté génétique. La multiplication des cas mettant en cause des casques bleus originaires d’Afrique du sud soulève des préoccupations selon Stéphane DujarricRécemment, ils avaient été accusés d’exploitation sexuelle sur des femmes dans le Nord-Kivu et d’avoir battu un adolescent dans le Kasaï. 

>>Lire aussi: L’Onu lance une enquête spéciale sur les attaques contre les casques bleus en RDC

Une situation que prend très au sérieux l’Organisation des Nations unies. De ce fait, elle a sommé l’Afrique du sud d’ouvrir une enquête, à laquelle elle a souhaité être associée, afin de situer les responsabilitésAccusé de ne pas avoir enquêté sur les récentes révélations impliquant ses soldats, Pretoria s’est défendu, affirmant qu’une enquête est en cours pour faire la lumière sur les différentes affaires.