A LA UNEEconomie

Relever les défis complexes liés à la politique du logement devrait être une priorité absolue pour tous les gouvernements, selon l’OCDE

Relever les défis complexes liés à la politique du logement devrait être une priorité absolue pour tous les gouvernements, souligne lundi l’OCDE.

Pouvoir disposer d’un logement abordable et de qualité est indispensable pour la santé, l’accès à l’emploi et la satisfaction à l’égard de l’existence, mais le logement est l’un des enjeux de l’action publique parmi les plus complexes auxquels nos sociétés sont aujourd’hui confrontées, affirme l’Organisation de coopération et de développement économiques, à l’occasion de la Semaine du logement de l’OCDE qui se tient du 14-18 juin.

A cet égard, l’OCDE préconise que les pouvoirs publics doivent faire davantage pour garantir un accès universel à des logements abordables, de qualité et écologiquement durable.

La crise liée à la pandémie de COVID-19 a montré à quel point les inégalités en matière de logement étaient grandes entre les différentes catégories de population et a aggravé les conséquences négatives des mauvaises conditions de logement, surtout sur les plus vulnérables, souligne l’OCDE.

Le logement, c’est bien plus que le lieu où l’on habite“, a déclaré le Secrétaire général de l’OCDE M. Mathias Cormann. “C’est le poste le plus important du budget des ménages, et un élément-clé de la performance économique autant que du bien-être“, a-t-il dit.

→ Lire aussi : L’OCDE table sur une croissance de 5,8 % du PIB mondial en 2021

La Boîte à outils de l’OCDE sur le logement que nous présentons aujourd’hui aidera les responsables de l’action publique à élaborer de meilleures politiques du logement permettant d’appréhender dans sa réalité l’évolution des marchés concernés, comme l’enjeu de l’accessibilité par exemple, et d’améliorer les retombées considérables que les politiques du logement ont sur nos sociétés“, a déclaré M. Cormann.

Sur fond d’augmentation spectaculaire dans plusieurs pays des prix des logements (dont le coût absorbe désormais plus d’un tiers du budget du quintile le plus pauvre de la population, contre seulement un quart pour le quintile le plus aisé) et de faiblesse historique de l’investissement public, quatre grands axes prioritaires se dégagent de notre Boîte à outils“, a ajouté le Secrétaire général de l’OCDE.

Premièrement, faire sauter les blocages sera clé pour dégager une offre supplémentaire afin de relever les défis actuels et futurs en matière de logement. Développer l’investissement public dans des logements sociaux à grande efficacité énergétique permettrait d’atténuer les difficultés, surtout pour les ménages ayant des revenus faibles ou irréguliers. Bâtir un parc de logements sociaux verts pourrait aussi servir de catalyseur à la transition énergétique du secteur de la construction dans son ensemble.

Deuxièmement, réformer les règles en matière d’occupation des sols, tel que la suppression de restrictions de construction excessivement rigoureuses ou les obligations de superficie minimale des lots, peut contribuer à réduire les obstacles à une augmentation de la construction résidentielle. Les décisions relatives à l’occupation des sols et à l’aménagement du territoire doivent être fondées sur les besoins de zones métropolitaines considérées dans leur globalité, et non sur une approche fragmentaire périmètre par périmètre. De telles réformes permettraient de freiner la forte tendance à la hausse des prix réels des logements, observée de manière généralisée, dans les pays de l’OCDE au cours des quatre dernières décennies.

Troisièmement, assouplir la réglementation régissant les relations entre bailleurs et locataires, notamment l’encadrement des loyers, peut inciter à investir dans le logement.

Enfin, quatrièmement, l’application de normes environnementales strictes sera indispensable pour atteindre les objectifs convenus de réduction des émissions de gaz à effet de serre et accroître l’efficacité énergétique du stock de logements existants. Il est possible que cela entraîne des tensions à la hausse sur les coûts de la construction ou sur les loyers, mais les investissements nécessaires permettront d’abaisser les coûts de chauffage et de préserver la valeur à long terme des habitations.

( Avec MAP )

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page