Ren Zhengfei : Plus de 150 000 employés basés en Chine sont de retour au travail

Ren Zhengfei, CEO of Huawei

En pleine pandémie de coronavirus, la plupart des employés de Huawei Technologies Co. sont de retour au travail bien que la pandémie soit susceptible d’impacter considérablement les résultats financiers du géant chinois des télécommunications cette année, a déclaré le Directeur Général de Huawei, Ren Zhengfei, dans un communiqué de la société.

Dans la même source, Ren Zhengfei a noté que « l’entreprise Huawei basée à Shenzhen, a
repris certaines opérations à partir du 3 février, perdant peu de temps de production et conformément à une décision du gouvernement, qui a permis à certaines industries critiques de redémarrer plus tôt malgré un arrêt de travail global ».

« Pour un grand nombre de contrats internationaux, vous n’avez pas besoin d’envoyer des
gens sur le terrain», a-t-il déclaré, ajoutant que « même à la lumière de la situation actuelle, nous pouvons encore réussir à accroître les revenus de nos activités.»

« Plus de 90% de ses, environ, 150 000 employés basés en Chine sont à présent de retour au travail, bien que ces derniers aient réduit leurs déplacements à l’étranger et accru leur
recours aux téléconférences pour poursuivre leurs activités », lit-on dans le communiqué de la société.

Le directeur de la société a noté qu’il est optimiste sur le fait que l’épidémie pourrait entraîner une croissance de la demande en produits de technologie de l’information dans un contexte d’augmentation de l’utilisation du réseau, plus de personnes travaillant et se
rencontrant à distance.


Dans ce cadre, M. Ren a affirmé que l’entreprise atteindra probablement de nouveaux
objectifs financiers et augmentera son budget R&D cette année, passant de 5,8 milliards de dollars à plus de 20 milliards de dollars.

«A la fin de cette pandémie, je pense que les gens se rendront encore plus comptent de la
valeur» des produits Huawei, a-t-il déclaré. «Il existe une possibilité d’accélération de la demande en déploiement du réseau, c’est donc une préoccupation de ne pas avoir suffisamment de capacité pour y répondre.»