Renault relance progressivement sa production en France

Renault

Le constructeur automobile Renault a annoncé mercredi qu’il a commencé la relance progressive de sa production en France, interrompue le 16 mars dans le cadre de la lutte contre l’épidémie de Covid-19.

La reprise va se faire de manière extrêmement progressive, avec des effectifs limités, qui vont augmenter progressivement” afin de pouvoir vérifier la bonne application du protocole sanitaire, a indiqué le directeur des ressources humaines, Tristan Lormeau.

Selon les médias du pays, la production a déjà repris dans trois sites de composants : l’usine de Cléon (Seine-Maritime), qui produit des moteurs thermiques et des machines électriques, celle du Mans (Sarthe) et le site de Choisy-le-Roi (Val-de-Marne).

Par ailleurs, l’usine de Flins (Yvelines), sera la première usine d’assemblage à rouvrir en France. Les autres usines du groupe en France devraient suivre progressivement.

Cette reprise progressive devra permettre aux salariés de découvrir les nouvelles méthodes de travail mises en place. “C’est une reprise en main de l’outil de production, des nouvelles conditions de travail. Il s’agit pour les salariés de s’approprier les nouveaux gestes barrières“, a indiqué une porte-parole du groupe.


Par ailleurs, un point devrait intervenir aux alentours du 8 mai en vue d’une éventuelle augmentation de la cadence. Et ce, alors que le déconfinement progressif de la population pourrait intervenir à partir du 11 mai en France.

Récemment, le constructeur automobile avait indiqué qu’il envisageait de recourir à des prêts bancaires garantis par l’État qui pourraient atteindre 4 à 5 milliards d’euros pour faire face à la crise économique provoquée par la pandémie de Covid-19.

Nous travaillons sur des idées de prêts bancaires qui seraient garantis par l’État et qui un jour ou l’autre seraient destinés à être remboursés ce qui fait que nous ne pèserons pas sur les finances de l’État“, avait déclaré le président du groupe, Jean-Dominique Senard, qui avait écarté le scénario d’une renationalisation de Renault, dont l’État détient 15%.

En France, l’industrie automobile est l’un des secteurs les plus touchés par la crise économique induite par le coronavirus, aux côtés de l’aérien, la construction, l’hôtellerie et la restauration.


Le marché automobile français a chuté de 72,2% en mars et devrait baisser de 20% sur l’année, dans le sillage de la crise sanitaire et économique liée à la pandémie du Covid-19, selon des chiffres du Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA).