Rentrée scolaire et coronavirus : Quels défis pour le système éducatif marocain ?

rentrée scolaire

Dans le cadre de sa série hebdomadaire arabophone « Les Mardis du PCNS », le Policy Center for the New South a organisé une session dédiée à la discussion autour des défis de la rentrée scolaire dans les conditions de la persistance de la crise du coronavirus.

Durant cette rencontre, plusieurs axes ont été traités en vue d’analyser les connaissances et les compétences qui permettent aux élèves de poursuivre normalement leur scolarité, conformément aux objectifs pédagogiques arrêtés, tout en leur évitant les obstacles qu’ils sont susceptibles de rencontrer soit dans le mode d’enseignement à distance, soit en optant pour le mode présentiel à titre facultatif.

Khalid Chegraoui, senior fellow au Policy Center for the New South, a insisté sur la nécessité de conférer à l’enseignement à distance un caractère proportionnellement institutionnalisé, en prévision des crises qui pourraient survenir à l’avenir. En outre, Il a souligné sur la nécessité de faire confiance aux enfants et aux jeunes marocains, ce qui constitue une opportunité de développement et un « tournant vers la modernisation» du système éducatif.

S’agissant des réactions à la décision du Ministère de tutelle de laisser la possibilité aux parents d’élèves et aux étudiants de choisir le mode d’enseignement à distance ou présentiel, le chercheur a appelé à éviter toute « auto-flagellation » et la critique non constructive, car le Maroc fait face à une épidémie sans précédent. Et d’ajouter que les décisions prises tiennent compte des moyens disponibles et des circonstances exceptionnelles actuelles.

Par ailleurs, Chegraoui a précisé qu’il est difficile de procéder à une évaluation qualitative de l’expérience de l’enseignement à distance, étant donné il s’agit d’une nouvelle expérience en matière pédagogique, estimant que la gestion de l’enseignement à distance est plus aisée aux niveaux supérieurs qu’aux niveaux primaires qui nécessitent davantage de moyens matériels.


En ce qui concerne les défis auxquels sont confrontées les populations rurales, et en particulier la difficulté d’accès aux moyens technologiques, le chercheur a indiqué que le défi est très grand, vu que les mécanismes pouvant être adoptés au niveau de l’enseignement à distance ne sont pas faciles à déployer sur le terrain.

Le Pr. Abdallah Saaf, chercheur senior au PCNS,  pour sa part, a signalé que la méthodologie suivie par le Ministère de l’éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique s’adapte aux évolutions en cours, tout en rappelant que la proposition de combiner le mode d’enseignement à distance et le mode présentiel demeure sujette à des amendements possibles et exige la participation de tous les acteurs concernés.

Abordant la question de l’aggravation de la crise qui sévit dans le secteur de l’éducation, le Pr. Abdallah Saaf a appelé toutes les parties prenantes à agir de façon concrète en vue de combler les lacunes, à identifier et élargir les compétences dans ce domaine, en étant convaincu que la crise de Covid-19 est une occasion pour œuvrer à l’amélioration du système éducatif marocain et à sa mise à niveau afin d’être en mesure de faire face aux défis actuels.