Reprise d’activité: Les franchises marocaines entre enthousiasme et inquiétudes

franchises

Le confinement, instauré depuis le 20 mars au Maroc, n’est pas sans conséquence sur l’activité des franchises et des commerces organisés, qui ont tourné au ralenti pendant plus de 70 jours.

Accusant des pertes de chiffre d’affaires alourdies par le maintien des charges, le secteur se trouve face à une situation alarmante, qui menace de ruine les structures les plus fragilisées par la crise sanitaire.

Certains commerces ont déjà servi leurs premiers clients, après la décision des autorités ciblant dans un premier temps les restaurants et cafés qui proposent le service de prêt à emporter et la livraison à domicile, et ce dans le respect absolu des précautions sanitaires pour empêcher une recrudescence de la pandémie.

L’engouement suscité par cette décision ne cache pas pour autant les inquiétudes chez les acteurs de la franchise et des commerces organisés, pour qui le retour à l’activité s’annonce très difficile, et qui appellent, dans l’attente d’un planning pour leur réouverture, au soutien du secteur durement éprouvé par les mesures de confinement.

“L’avenir sera difficile et incertain”, a averti dans une déclaration à la MAP le Président de la Fédération marocaine de la franchise (FMF), Mohamed El Fane, pour qui la reprise n’est pas synonyme d’un rebond immédiat des ventes, mais serait plutôt progressive.


Les pertes enregistrées cette année ne pourront être rattrapées que dans 2 ans, dans des conditions de reprise normale, a-t-il estimé, notant que le secteur sera en mesure d’assurer une reprise de sa croissance, non pas dans les six mois à venir, mais pourra certes prétendre à minimiser et restreindre ses pertes en termes de chiffres, d’emplois, de valeur ajoutée et d’image.

C’est dans ce cadre que la FMF, a veillé à présenter ses principales recommandations pour le secteur aux autorités concernées afin de donner aux franchises et aux commerces organisés les meilleures perspectives d’évolution, de relance et de réconciliation avec la résilience, a soutenu M. El Fane.

“Tous nos membres ont profité de cette période difficile pour se restructurer et se préparer aux nouveaux défis qui nous attendent et qui sont principalement liés à la gestion de la trésorerie, la remotivation du personnel, la réadaptation de nos produits aux nouvelles exigences des consommateurs…”, a-t-il souligné.

Il a rappelé, à cette occasion, les mesures drastiques qui ont été mises en place au niveau des points de vente pour rassurer et encourager les clients à reprendre le chemin vers les commerces en toute sécurité, précisant que l’ensemble des enseignes de la fédération se sont inscrites dans une démarche proactive en mettant en place pendant cette période de confinement des processus très stricts d’hygiène et de sécurité.


Et d’ajouter que la FMF a publié un guide de déconfinement en français et en arabe destiné à l’ensemble des commerçants expliquant en détail les mesures à mettre en place pour assurer la sécurité du personnel et des clients.

Face à ce contexte de grande crise, le Comité exécutif de la FMF sollicite l’appui des instances gouvernementales face aux problématiques et enjeux auxquels font face les acteurs privés d’un secteur des plus pourvoyeurs d’emploi au Maroc et qui subit aujourd’hui de plein fouet les effets et répercussions de cette conjoncture.

La relance du secteur nécessite, selon M. El Fane, des efforts et des synergies communes entre les pouvoirs publics, les partenaires stratégiques tels que les institutions bancaires, et les franchises nationales, internationales et commerces organisés.

“Nous préconisons en ce sens des mesures économiques solides et efficaces et sollicitons les départements concernés pour plus d’actions solidaires avec les acteurs privés, en vue de dépasser ensemble ce cas de force majeure”, a-t-il ajouté.


L’impact de la crise sanitaire sur tous les échelons du commerce n’est plus à démontrer. Les différents scenarii qui se profilent à l’horizon pour la reprise économique chez les différents types de commerce, notamment la franchise et le commerce organisé, présentent plusieurs contraintes et défis liées à l’incertitude, mais peuvent également être porteurs d’opportunités pour les acteurs de ce secteur.