A LA UNEEnseignement et éducation

Résultats tangibles réalisés en matière de réforme du système de l’éducation

Des résultats tangibles ont été réalisés en matière de réforme du système de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique, a affirmé le Chef du gouvernement, Saad Dine El Otmani.

La réforme du système de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique a été au cœur des priorités du gouvernement et occupé une place centrale dans son programme, a indiqué M. El Otmani dans un document publié sur le site officiel du Département du Chef du gouvernement. Le gouvernement a œuvré, depuis le début de sont mandat, à développer ce système, et ce en pleine harmonie avec la vision stratégique de la réforme 2015-2030, développée en consultation avec diverses sensibilités politiques, syndicales et professionnelles, ainsi qu’avec des experts et des cadres du système, et traduite en une loi-cadre, a-t-il ajouté.

Par conséquent, le gouvernement a promulgué la loi N° 51.17, le premier cadre juridique du Royaume dédié à la réforme du système de l’éducation et de la formation et en vertu duquel cette réforme passe d’une simple préoccupation sectorielle à un engagement gouvernemental et sociétal, a-t-il poursuivi.

Afin d’assurer l’efficacité de la mise en œuvre de cette loi-cadre, le gouvernement a créé des mécanismes de gouvernance, dont une instance de pilotage représentée par “la commission nationale du suivi et de l’accompagnement de la réforme du système de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique”, qui a élaboré un tableau de bord global comprenant le plan législatif et le portefeuille de projets de la réforme.

Grâce à la vision claire, au cadre juridique et au tableau de bord de la réforme, le gouvernement a pu accomplir d’importantes réalisations, traduites par des effets tangibles sur le système de l’éducation et sur un certain nombre de ses indicateurs, a indiqué le Chef du gouvernement.

→ Lire aussi : Casablanca-Settat : Plus de 110.000 candidats aux épreuves du baccalauréat

Depuis le début de son mandat, le gouvernement a accordé un intérêt particulier aux ressources humaines, portant le taux annuel des postes budgétaires de 7.063 entre 2004 et 2016 à 20.160 entre 2017 et 2021, a-t-il précisé. Le gouvernement a également mobilisé des ressources financières importantes, le budget étant passé de 54 milliards de dirhams (MMDH) en 2016 à environ 42 MMDH en 2021, soit une hausse de 25% malgré l’impact de la pandémie sur les finances publiques.

Cet effort financier a permis aussi de renforcer l’infrastructure du système de l’éducation dans les villes et villages, notamment dans les territoires qui souffraient de carences. Ceci a permis notamment la création d’au moins 440 nouveaux établissements scolaires entre 2016 et 2021 et de quarante établissements universitaires publics de la nouvelle génération.

Afin de renforcer le système du soutien social des élèves, des stagiaires de formation professionnelle et des étudiants, le gouvernement s’est employé à renforcer et à développer des programmes sociaux, comme le programme “Tayssir”, dont le budget est passé de 700 millions de dirhams (MDH) en 2017 à 2,377 MMDH en 2020, et à octroyer des bourses aux étudiants des universités et aux stagiaires bacheliers de formation professionnelle.

En ce qui concerne l’enseignement traditionnel, M. El Otmani a souligné que le gouvernement a continué la mise à niveau de ce secteur, à apporter un soutien social à ses élèves et a mis en place une nouvelle approche de lutte contre l’analphabétisme, basée sur la contractualisation et la mise en œuvre au niveau régional, en doublant les ressources allouées et en créant une convergence entre les différents acteurs de ce secteur.

Le Chef du gouvernement a également évoqué le renforcement des capacités des élèves et le développement de la qualité du capital humain en général, indiquant qu’un travail a été fait pour soutenir l’enseignement élémentaire, de sorte que le nombre de bénéficiaires est passé dans deux ans d’environ 700.000 à plus de 900.000, soit un taux de scolarisation d’environ 72,5% alors qu’il était à moins de 50% au début du mandat. En sus, M. El Otmani a noté que le gouvernement a lancé une réforme pédagogique de l’enseignement supérieur au niveau des licences, des masters et des doctorats, ainsi que de la formation professionnelle.

Le gouvernement a également augmenté le budget alloué à la recherche scientifique de 3,92% en 2021 et renforcé ses infrastructures par le lancement du premier centre national de traitement des mégadonnées et par le soutien et le renforcement de la recherche dans le domaine des sciences humaines et sociales.

Grâce à ces efforts et réalisations, un certain nombre d’indicateurs du système se sont améliorés, notamment le taux de surpeuplement, qui est passé, pour les classes comptant 45 élèves, de 10,9% en 2017 à 0,9% en 2019, le taux de scolarisation qui a atteint 100% dans l’enseignement primaire et qui est passé aux collèges-lycées d’environ 88% à plus de 94% entre 2017 et 2020, ou le taux de la déperdition scolaire qui a diminué dans l’enseignement primaire d’environ 75% en 2017 à environ 0,4% en 2020.

Notre système éducatif peut s’enorgueillir de la gestion en période pandémique, car il a réussi à assurer la continuité des études, à adapter les mécanismes d’apprentissage et de formation à différents niveaux et à gérer les concours et examens, (…), tout en assurant la continuité et l’adaptation des activités de la recherche scientifique et de l’innovation tout au long de cette période“, a conclu le Chef du gouvernement.

( Avec MAP )

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page