Réunion de haut niveau à l’Onu sur le climat, l’éducation et les enfants, à l’initiative du Maroc

La présidence marocaine de la COP22 a organisé, mercredi au siège de l’Unicef à New York, une réunion de haut niveau dédiée à l’éducation sur le climat, les enfants et les jeunes. 

Tenue en collaboration avec le Fonds onusien pour l’enfance, la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), et la Fondation Mohammed VI pour la Protection de l’Environnement, la rencontre a capitalisé sur la mobilisation réussie de la Journée de l’Education, célébrée en novembre 2016, durant la COP22 à Marrakech.

L’événement a réuni un parterre d’experts dans les principaux sujets débattus, mais également des enfants qui ont donné leurs points de vue sur l’importance d’éduquer sur l’environnement et de changer les habitudes de manière à favoriser la préservation de la planète Terre.

Intervenant lors de cet événement, le Président de la COP22, Salaheddine Mezouar, a souligné que le message de la présidence marocaine de la COP22, est celui de l’impérieuse nécessité de l’éducation.


M. Mezouar a mis en avant la nécessité de “responsabiliser (et) de donner la parole aux enfants dans leurs écoles, leurs familles et leurs environnements”, soulignant que l’accélération du processus de lutte pour l’environnement passe impérativement par le changement des mentalités.

S’arrêtant sur le bilan de la COP22, il s’est félicité dans une déclaration à la MAP d’un “bilan qui honore notre pays” et qui constitue “une reconnaissance pour le Maroc”, de par le franc succès de la conférence et des engagements qui y ont été pris et qui, par la suite, ont été respectés.

La COP22 a souligné la centralité de l’éducation, de la jeunesse et de l’enfance dans le combat pour la Terre, d’où l’initiative d’aujourd’hui qui souligne une fois de plus que “l’enjeu nous concerne et concerne la jeunesse, et touche les prochaines générations”.

Le président de la COP22 a souligné “l’extraordinaire rôle” que joue la Fondation Mohammed VI pour la Protection de l’Environnement dans ce sens. Ce rôle, a-t-il dit, reflète “une ambition affichée au plus haut sommet de notre pays. L’ambition d’un Maroc qui est engagé dans ce combat planétaire, et qui apporte sa valeur ajoutée”.


De son côté, la Présidente de la COP23, Nazhat Shameen des Fidji, s’est réjouie, dans une déclaration à la MAP, des “merveilleux progrès” réalisés par la COP22, assurant que “nous allons maintenir le cap lors de la prochaine COP, tant au niveau de l’éducation qu’aux niveaux d’autres initiatives prises à Marrakech, notamment celle du plan d’action genre”.