Salé: Les libertés individuelles au centre de l’université populaire du Mouvement populaire

Mouvement populaire

Le Mouvement populaire (MP) a tenu samedi à Salé, la 11ème édition de son université populaire, sous le signe “les droits et les libertés, entre l’individu et la société”.

Cette rencontre à laquelle ont assisté notamment les dirigeants de partis politiques vise à renforcer le processus organisationnel et la stratégie du MP à la lumière des développements que connait le paysage politique national.

Le parti explique le choix du thème de cette rencontre par la nécessité d’institutionnaliser “le débat public ouvert sur la question des libertés individuelles et son analyse dans ses multiples dimensions”, ainsi que dans le cadre de la recherche d’une plateforme commune entre les acteurs politiques, civils et les défenseurs des droits de l’homme en vue d’élaborer un projet national sur cette question.

Intervenant à cette occasion, le secrétaire général du MP, Mohand Laenser a estimé que cette université est considérée non seulement comme un rendez-vous partisan, mais une tribune ouverte sur l’ensemble des acteurs politiques, et ce dans la perspective d’ouvrir un débat constructif et élaborer une vision concernant la question des libertés individuelles, chacun de sa position de responsabilité.

Dans ce sens, il a appelé à concilier entre le développement de la société et les défis qui se posent, considérant les libertés individuelles comme un sujet sensible qui pèse actuellement sur les discussions au sein de la société, d’où l’impératif d’écouter l’ensemble des points de vue et les différentes positions. Pour sa part, le secrétaire général du PJD, Saad Eddine El Otmani a souligné l’importance de tel cadre de dialogue et de débat en vue d’échanger les opinions, estimant que le pays a besoin de ce genre de débat constructif entre les composantes de l’élite politique.


M. El Otmani a mis en exergue le climat de stabilité dont jouit le Royaume, appelant la classe politique à être un acteur positif dans le renforcement de cet acquis.

Si le secrétaire général de l’Union Constitutionnelle, Mohamed Sajid, a indiqué que le sujet des libertés individuelles concerne l’ensemble des Marocains et l’avenir de la société marocaine, son homologue du Parti du Progrès et du socialisme (PPS) Nabil Benabdallah a qualifie de “courageuse” l’initiative d’ouvrir un débat sur cette question.

Il a appelé la classe politique à être à l’avant-garde de toutes les questions d’actualité, soulignant que le débat sur les libertés individuelles doit être serein et constructif.

Le coordonnateur de l’université populaire, Mohamed Ouzzine a inscrit la tenue de cette rencontre dans l’ouverture du parti sur tous les courants intellectuels, précisant que le choix de l”université a été dictée par la volonté d’engager un débat sociétal sur le sujet en question.