Sécurité des réseaux 5G: l’UE adopte une série de mesures sans exclure Huawei

huawei

La Commission européenne a approuvé mercredi une “boîte à outils” commune de mesures d’atténuation sur laquelle les États membres de l’UE se sont mis d’accord pour faire face aux risques en matière de sécurité liés au déploiement de la cinquième génération de réseaux mobiles (5G), sans exclure aucun équipementier télécoms, notamment le géant chinois “Huawei”.

“Cette boîte à outils témoigne de l’engagement des États membres à aller de l’avant ensemble en se fondant sur une évaluation objective des risques recensés et sur des mesures d’atténuation proportionnées”, indique la Commission dans un communiqué, relevant que les réseaux 5G offrent davantage de points d’entrée potentiels pour les assaillants en raison d’une architecture moins centralisée, d’une puissance de calcul intelligente à la périphérie, du besoin d’un plus grand nombre d’antennes et de la dépendance accrue à l’égard des logiciels.

La sécurité des réseaux 5G est une question d’importance “stratégique” pour l’ensemble du marché unique et pour la souveraineté technologique de l’UE, étant donné que de nombreux services critiques dépendront de la 5G, insiste l’exécutif européen, soulignant la nécessité de mettre en œuvre les mesures adoptés de manière étroitement coordonnée afin que les entreprises et citoyens de l’UE puissent tirer pleinement parti et en toute sécurité des avantages de cette nouvelle technologie.

→ Lire aussi : Les Etats-Unis critiquent la décision du Royaume Uni d’autoriser Huawei à…

“La 5G offre d’énormes possibilités. Cette technologie se met au service de la médecine personnalisée, de l’agriculture de précision et des réseaux énergétiques capables d’intégrer tous les types d’énergie renouvelable. Elle aura des effets positifs, mais uniquement si nous pouvons garantir la sécurité de nos réseaux. Ce n’est qu’à cette condition que la mutation numérique profitera à tous les citoyens”, a déclaré Margrethe Vestager, vice-présidente exécutive de la Commission européenne pour une Europe adaptée à l’ère du numérique, citée dans le communiqué.


Dans le cadre de la “boîte à outils” relative à la 5G en Europe, l’exécutif européen précise que les États membres sont convenus de renforcer les exigences de sécurité, d’évaluer les profils de risque des fournisseurs, d’appliquer des restrictions utiles aux fournisseurs considérés comme à haut risque, y compris de procéder aux exclusions nécessaires pour les actifs essentiels considérés comme critiques et sensibles (comme les fonctions de cœur de réseau), et de mettre en place des stratégies pour assurer la diversification des fournisseurs.

Relevant qu’elle accompagnera la mise en œuvre d’une approche de l’UE en matière de cybersécurité de la 5G et agira, conformément à la demande des pays de l’UE, la Commission invite les États membres à prendre des dispositions pour mettre en œuvre l’ensembles des mesures adoptées, d’ici au 30 avril 2020.

La Commission européenne avait présenté en septembre 2016 un plan d’action pour soutenir le déploiement et l’adoption des réseaux 5G. Les premiers services de cette nouvelle génération de réseaux sans fil ultra-rapides devraient être disponibles dans 138 villes européennes d’ici la fin de cette année.