Selon un ancien général algérien, l’état de santé de Bouteflika profite à ceux qui « gèrent le pays »

Par Saad Bouzrou

Dans un entretien avec le journal El Watan, un général algérien à la retraite analyse la situation actuelle de l’Algérie et salue le courage des algériens pour « dénoncer l’injustice qu’ils subissent tous les jours ». Il a en outre considéré que l’entourage du président Bouteflika profite de son état de santé pour diriger le pays.

Interrogé sur les noms de ceux qu’il qualifie de « prédateurs » et d’« Apaches » et qui dirigent le pays en coulisse, Hocine Benhadid a répondu qu’il s’agit principalement de deux hommes : « Le principal, c’est son frère Saïd. Même s’il a commencé bien avant à s’intéresser au pouvoir, il a réussi à s’imposer en profitant de l’état de santé compliqué de Bouteflika en 2005. Gaïd Salah, en place depuis 2004, en a fait de même. Depuis, ce sont ces deux hommes qui gèrent le pays. Gaïd a consolidé les positions de Saïd. Ce dernier a fait pareil et c’est ainsi qu’il est devenu le patron de la présidence» dit-il.

Il a ensuite voulu préciser le rôle que joue le frère du président Bouteflika sur la scène politique du pays en expliquant que « Tout le monde lui obéit, y compris Gaïd Salah. Saïd a continué jusqu’à modifier la Constitution de 2008 pour permettre à son frère de briguer un 3e mandat, puis un 4e. C’est lui le principal ordonnateur et c’est lui qui commande ces Apaches dont les oligarques, comme les qualifie Louisa Hanoun. »

En 2016, le général en retraite a été condamné à un an de prison ferme pour outrage à un corps institué après des révélations médiatiques ayant « porté atteinte » à l’institution militaire de son pays. Il a été libéré neuf mois plus tard.