La semaine environnementale et culturelle universitaire, du 25 au 29 décembre à Rabat

 La Faculté des Sciences de l’Education (Université Mohammed V) organisera, du 25 au 29 décembre à Rabat, la 2ème édition de la semaine environnementale et culturelle universitaire, sous le thème “Les paris de la diversité biologique et culturelle dans la région Rabat-Salé-Kénitra, quel rôle pour l’éducation, la formation et les médias ?”.

Cette manifestation vise à approfondir le dialogue, développer la connaissance et échanger les expertises et les expériences autour de la réalité de la diversité biologique et culturelle au Maroc, notamment au niveau de la région Rabat-Salé-Kénitra, tout en mettant l’accent sur le rôle de l’université, de la formation et de la recherche scientifique dans la sauvegarde de la richesse et de la diversité biologique et culturelle, indique un communiqué de l’université Mohammed V de Rabat.

Cette semaine permet également de mettre en exergue la réalité et les perspectives de la diversité biologique et culturelle, en corrélation avec les exigences du développement durable et les défis du changement climatique dans la région ainsi que le rôle de l’éducation, de la formation, de la recherche scientifique et des médias pour faire face aux défis liés au changement climatique au sein du milieu universitaire, conformément aux principes de l’éducation au développement durable, note le communiqué.

Cette manifestation, organisée en partenariat avec le Conseil d’arrondissement Agdal Ryad, le Club marocain pour l’environnement et le développement, l’association des œuvres sociales, l’association marocaine pour la protection de l’Environnement et du Climat, sera ponctuée d’ateliers, de tables rondes, de conférences, d’expositions de livres de différents établissements et instituts, outre des compétitions sportives et des hommages rendus aux personnes ayant contribué à la protection de l’environnement.


La diversité biologique et le patrimoine culturel au Maroc se distinguent du point de vue qualitatif et de la répartition géographique de la diversité, dans le sens où le Royaume occupe la deuxième place après la Turquie dans la diversité biologique au niveau de la Méditerranée, fait savoir la même source, relevant que ces ressources sont confrontées à des contraintes et défis impactant négativement la durabilité de ses composantes, nécessitant la prise de toutes les mesures susceptibles de les sauvegarder et les développer.