AccueilA LA UNESénégal : lancement d’un auto-test de dépistage contre le VIH
VIH

Sénégal : lancement d’un auto-test de dépistage contre le VIH

Le projet Auto-test VIH, Libre d’Accéder à la connaissance de son Statut (Atlas) a été lancé, mardi à Dakar, à l’initiative du consortium Solidarité thérapeutique et initiatives pour la santé (Solthis) et l’Institut de recherche pour le développement (IRD).

Le projet, initié en partenariat avec le ministère de la Santé, vise à permettre aux personnes les plus à risque de contracter le virus d’accéder à leur statut sérologique en toute discrétion et à les mettre en relation avec les services de soins ou de prévention.

Financé par le Fonds Unitaid à hauteur de plus de 15 millions de dollars et mis en œuvre au Sénégal, en Côte d’Ivoire et au Mali, l’Auto-test VIH, “qui doit être pensé comme un mode complémentaire de dépistage” est un dispositif oral de détection des anticorps du VIH qui consiste à passer une spatule sur les gencives et à la plonger ensuite dans un réactif.

→ Lire aussi : Lancement à Rabat de la campagne nationale de dépistage du VIH-Sida

Si l’auto-test s’avère positif, la personne doit procéder à un test de confirmation et à un traitement au plus tôt. En cas de résultat négatif, le sujet pourra se tourner vers la prévention.

Le projet ATLAS propose divers canaux de distribution de l’auto-test de dépistage adaptés aux populations ciblées par le projet. En effet, les personnes concernées pourront avoir accès au produit dans certains centres de santé et via les réseaux communautaires pour elles-mêmes et/ou pour les proposer à leurs pairs, partenaires ou clients.

Cinq cents mille auto-tests seront distribués au cours des trois ans et demi de mise en œuvre du projet qui devrait participer à l’atteinte de l’objectif mondial des Nations Unies des “90-90-90”.

Cet objectif vise à permettre à 90% des personnes séropositives à connaitre leur statut, à faciliter l’accès au traitement antirétroviral à 90% des personnes dépistées positives au VIH et à faire en sorte que 90% des personnes sous traitement aient une charge virale indétectable.

Share With:
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :