Settat: Le plaidoyer citoyen en faveur de la marocanité du Sahara, “une responsabilité collective”

Sahara

Le plaidoyer citoyen en faveur de la marocanité du Sahara est “une responsabilité collective”, d’où l’importance de renforcer les capacités des acteurs associatifs et de valoriser leur action, a assuré, mercredi à Settat, le ministre délégué chargé des relations avec le Parlement et la société civile, porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi.

L’intérêt croissant pour le plaidoyer citoyen autour de cette question s’inspire des hautes instructions royales mettant l’accent sur le rôle central dévolu à la société civile dans la défense de la cause nationale, a souligné le ministre, qui participait à un débat organisé dans le cadre du programme du plaidoyer citoyen autour du Sahara marocain.

La prochaine étape doit être celle de la valorisation des efforts de la société civile, de la densification des recherches académiques, de la création d’une synergie entre les initiatives citoyennes contre les thèses hostiles à l’intégrité territoriale, aux côtés de la mise à profit des nouvelles technologies dans la défense du bien-fondé de la vision marocaine, a fait remarquer le ministre, au cours de cette rencontre organisée par la faculté de droit de Settat et l’Observatoire marocain pour les recherches et les études sur la société civile et la démocratie participative.

→ Lire aussi : Sahara: António Guterres nomme le général pakistanais Zia Ur Rehman à la tête de la Minurso

M. El Khalfi a, d’autre part, fait état d’une augmentation qualitative du nombre des acteurs et des associations dédiés à la cause nationale dans les fora internationaux, notant que l’amélioration du plaidoyer citoyen requiert un renforcement des moyens d’opposition et un développement de l’argumentaire relatif à la question du Sahara.


En marge de cette rencontre, M. El Khalfi et le président de l’université Hassan 1er de Settat, Ahmed Nejmeddine, ont signé une convention de partenariat pour la mise en œuvre du programme du plaidoyer citoyen, à travers l’appui et le soutien des acteurs associatifs (conférences, ateliers, recherche et TIC).