AccueilDiplomatie & PolitiqueInternationalLe SG de l’ONU appelle à aider le Kenya à faire face à la sécheresse

Le SG de l’ONU appelle à aider le Kenya à faire face à la sécheresse

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres a appelé, mercredi à Nairobi, la communauté internationale à apporter son aide au Kenya pour faire face à la sécheresse qui affecte actuellement quelque 3 millions de personnes dans différentes régions du pays.

Lors d’une conférence de presse conjointe avec le président kényan Uhuru Kenyatta, M. Guterres a indiqué que la communauté internationale est appelée à montrer son soutien au Kenya, en récompense aux efforts de ce pays d’Afrique de l’Est dans le domaine humanitaire, en particulier pour son accueil depuis des décennies des réfugiés venus de différents pays.

Il a, dans ce sillage, exprimé son espoir de voir la communauté internationale “répondre à la générosité du Kenya en ces temps où le pays est confronté à une sécheresse prolongée”.

Le SG de l’ONU a, par la même occasion, fait part de l’engagement de l’ONU à aider le pays d’Afrique de l’Est à réaliser ses Objectifs du développement durable, soulignant que le Kenya est un partenaire stratégique de l’ONU dans les initiatives visant à assurer la stabilité au niveau de la région, notamment en Somalie, au Soudan du Sud, au Burundi et en République démocratique du Congo.

De son côté, M. Kenyatta a salué la solidarité du patron de l’ONU avec son pays, soulignant la nécessité d’une approche multilatérale pour résoudre les conflits régionaux et la crise des réfugiés.

Cette visite de M. Guterres à Nairobi intervient au moment où le pays d’Afrique orientale est confronté à une sécheresse grave qui sévit dans 23 comtés.

Le gouvernement kényan avait ainsi annoncé avoir besoin de 11,4 milliards de shillings (plus de 114 millions de dollars) pour alléger les effets de la sécheresse, alors que le nombre de personnes en insécurité alimentaire est passé de 1,3 million en août 2016 à 3 millions actuellement.

Pour faire face à cette catastrophe naturelle menaçant les récoltes et le bétail, outre un déficit excessif en eau et en végétation, l’Etat avait alloué 7,3 milliards de shillings (1 dollar = environ 103 shillings), dont 5,4 milliards ont été dépensés durant la première phase de ses réponses à la sécheresse, avait déclaré le porte-parole de la présidence kényane, Manoah Esipisu.

“Pour ce faire, le gouvernement a déjà alloué 7,3 milliards de shillings, ce qui laisse un écart de 11,4 milliards que le gouvernement veut mobiliser également”, avait précisé M. Esipisu, ajoutant que le gouvernement avait alloué 5,4 milliards de shillings dans la première phase des interventions d’atténuation de la sécheresse pour la période novembre 2016-janvier 2017.

“Pour la deuxième phase, qui couvre février-avril, 11,6 milliards de shillings supplémentaires sont nécessaires et pour la troisième phase (avril-août), il faudra encore 7,1 milliards de shillings”, avait-t-il expliqué.

Le gouvernement du Kenya avait déclaré “catastrophe nationale” la grave sécheresse qui sévit dans le pays, très tourné vers l’agriculture, appelant à l’aide de la communauté internationale pour faire face à la situation.

Share With:
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire


%d blogueurs aiment cette page :