Sommet Afrique-France 2017 : Des enjeux stratégiques et des préoccupations de paix, de sécurité et de financement au menu à Bamako

La capitale malienne Bamako abrite, les 13 et 14 courant, le 27ème Sommet Afrique-France, avec un ordre du jour marqué par de grands enjeux stratégiques et de quête de réponses aux préoccupations de paix, de sécurité et d’accès aux financements à même d’activer la mutation économique du continent africain.

A travers cet événement, qui sera placé sous le thème “Sommet de Bamako pour le partenariat, la paix et l’émergence”, la France qui a signé de nombreux accords de défense avec les pays africains (Cameroun, Centrafrique, Comores, Côte d’Ivoire, Djibouti, Gabon, Sénégal et Togo) tentera avec ses partenaires de concevoir, des pistes innovantes pour rétablir l’ordre si besoin et mettre fin à des conflits régionaux.

D’autre part, le Sommet offrira l’occasion de consolider les relations franco-africaines au moment où la France, avec 8,1 milliards d’euros, est le 5ème contributeur mondial de l’Aide publique au développement (APD), sachant que l’Afrique est le premier bénéficiaire de cette aide française (45 pc).

L’APD, qui profite principalement à l’Afrique subsaharienne (41 pc), vise à favoriser le développement économique et l’amélioration des conditions de vie dans les pays concernés.


De l’avis du président du Comité National d’Organisation du Sommet Afrique France (CNOSAF), Abdullah Coulibaly, la grande messe “Afrique-France” offre une opportunité pour conforter la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale et peut signer un nouveau départ pour le Mali.

Ses retombées sont indéniables sur la coopération renforcée entre la France et l’Afrique, notamment dans les domaines relatifs à la paix, la sécurité et au développement économique, a-t-il indiqué lors d’une conférence de presse.

Sur les plans diplomatique et politique, l’évènement marquera le retour du Mali sur la scène internationale, a-t-il soutenu, notant que le sommet qui demeure stratégique pour Bamako, permettra aux autorités de démontrer à la communauté internationale que le Mali est une destination fréquentable.

Ainsi, a-t-il noté, les bailleurs de fonds pourront investir dans le pays dans divers domaines, ce qui contribuera à la création d’emplois.


Une enveloppe globale de 35 milliards de Fcfa, soit environ 53,3 millions euros, a été affectée aux préparatifs du Sommet de Bamako qui connait, à cette occasion, une mobilisation tous azimuts à différents niveaux notamment sur les plans logistique et sécuritaire.

Les travaux sur les sites de l’aéroport Modibo Keita et du Centre International des Conférences de Bamako ont pris fin, selon le CNOSAF, qui fait part toutefois d’autres contraintes à aplanir au niveau de l’hébergement, la restauration et la sécurisation globale des participants et des sites d’accueil.

D’importants travaux ont été entrepris pour rénover et renforcer le réseau routier de la capitale malienne, de même qu’il a été procédé à la formation de 4.000 jeunes pour le pavage des rues, la salubrité des quartiers et des berges du fleuve ainsi qu’à la mobilisation des associations de femmes et de jeunes.

En prélude au Sommet Afrique-France, Bamako avait abrité du 13 au 15 décembre dernier, le Forum “Genre et Développement”, au cours duquel près de 300 acteurs du développement et de l’entreprenariat dans le secteur de l’agro-business venant d’Afrique, de France et d’ailleurs se sont penchés sur le thème “L’Entreprenariat Féminin dans le domaine de l’Agro-business– Comment développer l’Agro-business, clés de l’émergence de l’Afrique ? “.


Ce grand forum avait pour objectif de consolider la participation des femmes à l’émergence économique de l’Afrique, réfléchir sur les outils pour une autonomisation socio-économique effective des femmes, et examiner l’impact de l’environnement et des facteurs climatiques sur les activités agricoles des femmes entrepreneures.

Les participants ont débattu également de l’accès de la femme à la propriété foncière, du rôle de la femme entrepreneure dans la réalisation des Objectifs de développement durable, du renforcement des capacités managériales des femmes entrepreneures dans le domaine de l’agro-business et de la rédaction d’un document à remettre aux chefs d’Etat et de gouvernement lors du Sommet Afrique-France.

Outre une réunion ministérielle, le Sommet Afrique-France 2017 sera marqué par l’organisation d’un forum économique, d’un forum des jeunes et d’un autre sur les femmes et l’entrepreneuriat ainsi que de plusieurs activités culturelles pour permettre à la société civile de prendre part à cette rencontre internationale.

Des chefs d’Etat et de gouvernement sont attendus à Bamako, ainsi que les représentants des Nations unies, de l’Union africaine, de l’Union européenne, de la Banque mondiale, du Fonds monétaire international et de l’Organisation internationale de la Francophonie.