Sommet Maroc/Pays du Golfe en 2016, l’ébauche d’une nouvelle orientation stratégique dans les relations entre le Royaume et les pays du CCG

Le Sommet Maroc-Pays du Golfe tenu en avril dernier à Ryad, avec la participation de SM le Roi Mohammed VI et des dirigeants des pays du Conseil de Coopération du Golfe (CCG), a constitué un événement exceptionnel dans les annales des relations historiques entre le Royaume du Maroc et les Etats du Golfe arabe.

Ce Sommet a permis ainsi d’asseoir les jalons d’une nouvelle orientation stratégique dans le processus de renforcement du partenariat entre le Maroc et les pays du Golfe et la consécration de la solidarité entre les deux parties pour faire face aux défis auxquels fait face la région arabe.

Tout au long des dernières décennies, le Maroc et les pays du CCG ont noué des liens solides, présentant ainsi un cadre exemplaire de la coordination des postions tant sur le plan bilatéral que dans le cadre de l’action arabe commune.

Or, dans un contexte maqué par des bouleversements et des évènements impromptus survenus sur les plans régional et international, le Maroc et les pays du CCG, conscients de cette nouvelle conjoncture, ont œuvré pour le renforcement de leur partenariat stratégique pour accompagner les mutations géostratégiques sans précédent dans le monde arabe.


Dans ce contexte, les deux parties se sont attelées à ouvrir de nouvelles perspectives dans le processus de l’action arabe commune, ce qui s’est traduit par le sommet de haut niveau Maroc/CCG.

Don Son discours à l’occasion de ce Sommet, SM le Roi Mohammed VI avait indiqué que « le partenariat entre le Maroc et les pays du Golfe n’est pas le produit d’intérêts conjoncturels ou de calculs éphémères. Il puise plutôt sa force dans la foi sincère en la communauté de destin et la concordance des vues concernant nos causes communes ».

« Ce Sommet se tient dans une conjoncture délicate. La région arabe vit, en effet, au rythme de tentatives de changement de régimes et de partition des Etats, comme c’est le cas en Syrie, en Irak et en Libye, avec tout ce que cela comporte comme tueries, exodes et expulsions d’enfants de la patrie arabe », avait souligné le Souverain.

« Nous faisons face à des complots visant à porter atteinte à notre sécurité collective. Ceci est clair et n’a pas besoin d’analyse. Ils en veulent à ce qui reste de nos pays, qui ont pu préserver leur sécurité, leur stabilité et la pérennité de leurs régimes politiques. J’entends par là, les Etats du Golfe arabe, le Maroc et la Jordanie, qui constituent un havre de paix et de sécurité pour leurs citoyens, et un élément de stabilité dans leur environnement», avait ajouté le SM le Roi.


Dans une allocution prononcée à l’ouverture de ce Sommet, le Serviteur des Lieux saints de l’Islam, le Roi Salman Ben Abdelaziz Al Saoud, après avoir salué le soutien du Maroc aux causes des pays du Golfe, a fait part de la solidarité et du soutien de tous les pays du Conseil à toutes les questions politiques et sécuritaires qui concernent le Royaume du Maroc et à leur tête la question du Sahara marocain et le rejet total des manœuvres visant à porter atteinte aux intérêts suprêmes du Maroc.

Le Roi Salman a, par ailleurs, mis l’accent sur l’intérêt porté à plusieurs questions de la Oumma arabe et islamique et à leur tête la cause palestinienne, la crise en Syrie et en Libye et la situation en Irak.

Outre les enjeux géostratégiques, ce Somment est intervenu également dans le cadre de la volonté des deux parties de renforcer leur coopération économique qui a connu à la faveur du partenariat stratégique (2012/2017) une forte impulsion, ce qui se traduit par le volume grandissant des investissements, les différentes conventions et les subventions accordées au Royaume, estimées à prés de 5 milliards de dollars.Dans le communiqué conjoint ayant sanctionné le Sommet Maroc-Pays du Golfe, les dirigeants du CCG ont exprimé leur engagement à la défense commune de la sécurité et de la stabilité de leurs pays, et au respect de la souveraineté des Etats, de leur intégrité territoriale et de leurs constantes nationales, ainsi que leur rejet de toute tentative visant à ébranler la sécurité et la stabilité et à répandre le séparatisme et la division, avec le dessein de la recomposition des cartes des pays ou de leur partition, au risque de menacer la paix et la sécurité régionale et internationale.

Partant de ces constantes, le communiqué a relevé que les Pays du CCG et le Royaume du Maroc constituent un bloc stratégique uni, dès lors que tout ce qui touche à la sécurité d’un Etat, concerne la sécurité des autres.


Les dirigeants du CCG ont réitéré leur position favorable à la marocanité du Sahara et leur soutien à l’initiative d’autonomie présentée par le Maroc, comme fondement de toute solution à ce différend régional artificiel.

Ils ont exprimé leur rejet de toute atteinte aux intérêts suprêmes du Maroc, au vu des indicateurs dangereux que ce dossier a connus durant les dernières semaines.

L’engagent des pays du CCG pour la défense des intérêts suprêmes du Maroc s’est traduit également lors des fora internationaux.

Dans ce sens, les délégations des Etats du Conseil de coopération du Golfe (CCG) ont souligné, le 7 octobre dernier au siège des Nations Unies à New York, leur “rejet de toute tentative visant à porter atteinte aux intérêts suprêmes du Maroc ou à sa souveraineté”.


L’initiative d’autonomie représente un “choix constructif à même de parvenir à une solution mutuellement acceptable”, avait déclaré la Première secrétaire de la mission d’Arabie Saoudite auprès de l’ONU, Manal Hassan Raduan, qui s’exprimait devant la 4ème Commission de l’Assemblée générale de l’ONU, au nom des délégations des Etats du CCG.

De plus, l’Arabie Saoudite, les Emirats Arabes Unis, le Bahreïn, le Qatar, le Sultanat d’Oman, la Jordanie, le Yémen et d’autres pays arabes se sont retirés du 4ème sommet arabo-africain qui s’est tenu à Malabo, capitale de la Guinée Equatoriale à cause « de la présence de l’emblème d’une entité fantoche dans les salles de réunions ».

Par ailleurs, le Secrétariat général du CCG avait souligné dans un rapport publié à la veille de la tenue, les 6 et 7 décembre courant à Bahreïn, du 37è sommet des pays du Golfe l’importance de son partenariat stratégique avec le Royaume du Maroc, réitérant sa détermination à renforcer ce partenariat et à le développer pour servir l’intérêt bien compris des deux parties, réaliser les ambitions et aspirations des peuples de la région et renforcer les liens d’amitié et de communication les unissant.

Le Secrétariat général du CCG a noté, à cette occasion, que le partenariat entre les pays de cette instance et le Royaume du Maroc s’est consolidé l’année dernière, en application du plan d’action conjoint adopté lors des réunions des ministres des Affaires étrangères des pays du CCG et du Royaume du Maroc, rappelant les réunions tenues par les groupes de travail conjoints des pays du CCG et le Royaume du Maroc, lors de l’année en cours, portant sur plusieurs secteurs à l’instar du tourisme, du transport, de la culture et de l’information.


Dans un communiqué publié à l’issue de son 37è sommet, les dirigeants du CCG ont fait part de leur satisfaction quant au progrès enregistré sur la voie du renforcement du partenariat stratégique avec les Royaumes du Maroc et de Jordanie et ce au service des relations de fraternité étroites liant les pays du CCG et ces deux Etats frères.

Le Maroc est convaincu que ses relations avec les pays du CCG son historiques et ne sont pas liées à une conjoncture politique passagère, ce qui s’est traduit par le Sommet Maroc-Pays du CCG qui a insufflé une nouvelle dynamique à ces relations et permis d’asseoir une force de négociation avec la communauté internationale pour le défense des causses justes des peuples et des pays de la région.